Le Sénégal redoute une deuxième vague (Image d'illustration)
Le Sénégal redoute une deuxième vague (Image d'illustration)

Au Sénégal, les autorités décidées à faire respecter les mesures barrières

Face au rebond des contaminations à la Covid-19, le gouvernement sénégalais brandit le bâton pour éviter la propagation du virus.

Barou Dembélé
Rédigé le , mis à jour le

Le nouveau coronavirus semble avoir repris du poil de la bête au Sénégal. Pourtant certains experts en santé publique commençaient à théoriser l’installation progressive de ‘’l’immunité collective’’ pour expliquer la tendance baissière constatée depuis quelques mois.  Mais depuis plusieurs jours, le pays enregistre entre 20 et 100 cas positifs quotidiens, contre seulement une dizaine les dernières semaines.

Les autorités ont pris les devants face à cette situation pour éviter une seconde vague qui ‘’serait insupportable pour l’économie’’ nationale.  Le président Macky Sall s’est exprimé ainsi la semaine dernière à Diamniadio, à l’est de Dakar, lors d’un forum sur le numérique. À sa suite, le ministre de la Santé Abdoulaye Diouf Sarr a laissé entrevoir un retour du couvre-feu qui avait fait beaucoup de bruit auprès de toute une partie de la société, qui vit au jour le jour.

Retour du couvre-feu ?

‘’Nous ne le souhaitons pas pour l’instant mais toutes les dispositions seront prises pour éviter une deuxième vague. Et le couvre-feu n’est pas exclu si les cas augmentent encore’’, a affirmé Abdoulaye Diouf Sarr à la sortie d’une réunion du Comité national de gestion des épidémies, jeudi dernier.

D’ores et déjà, le ministère de l’Intérieur a demandé aux gouverneurs de région de ‘’faire respecter scrupuleusement’’ les dispositions des arrêtés prescrivant le port obligatoire du masque dans les lieux publics et privés (administrations, marchés…) et interdisant les rassemblements dans les lieux publics (plages, terrains de football...).

Relâchement de la population

Malgré leur adoucissement consécutif à la levée de l’état d’urgence sanitaire et la baisse des cas, certaines de ces mesures comme le port du masque étaient déjà en vigueur. Mais il est progressivement délaissé par une grande partie de la population qui ne semble plus avoir peur de la maladie.

En dépit des résultats ‘’appréciables’’ du pays dans la riposte, certains citoyens ont critiqué certains responsables d’autorité politique apparus dans certaines manifestations sans montrer l’exemple. En plus de cela, la rumeur court que cette subite augmentation des cas est faite à dessein, pour légitimer la prochaine introduction des vaccins. Le ministère de la Santé a toutefois nié cette rumeur, appelant à une remobilisation nationale pour un respect et une application stricte des mesures de prévention.