La plupart des albinos ont des problèmes oculaires
La plupart des albinos ont des problèmes oculaires

Albinisme : les violences ont augmenté pendant la pandémie

Le Covid a des répercussions parfois insoupçonnées : après les violences contre les femmes, ce sont les violences à l'encontre des personnes atteintes d'albinisme qui ont augmenté au cours de la pandémie.

Alicia Mihami
Rédigé le , mis à jour le

C'est une triste conséquence du Covid : les violences à l'encontre de personnes atteintes d'albinisme ont augmenté pendant la pandémie de la Covid-19. C'est ce que révèle l'ONU sur son site internet, suite à des déclarations d'une experte indépendante. Certaines personnes, plongées dans la pauvreté, se sont tournées vers la sorcellerie dans l'espoir de s'enrichir rapidement, n'hésitant pas à recourir à des rituels barbares utilisant certaines parties du corps des albinos. "Malgré les progrès réalisés sur de nombreux fronts, j'ai été profondément attristée par l'augmentation notable des cas signalés de personnes atteintes d'albinisme tuées ou attaquées parce que certaines personnes croient, à tort, que l'utilisation de parties de leur corps dans des potions peut leur apporter chance et richesse », a alerté Ikponwosa Ero, l’experte indépendante des Nations Unies sur les droits des personnes atteintes d'albinisme. « Plus tragiquement encore, la majorité des victimes sont des enfants ».

Ikponwosa Ero a été nommée en juin 2015 comme la première Experte indépendante des Nations Unies sur la jouissance des droits de l'homme par les personnes atteintes d'albinisme. Elle sera remplacée le 1er août par la Zambienne Muluka Anne Miti-Drummond. « Au moment de quitter mes fonctions, je suis satisfaite que le Conseil des droits de l'homme ait, dans une résolution historique, condamné les pratiques néfastes liées à la sorcellerie et aux attaques rituelles, mais il reste encore beaucoup à faire », a-t-elle déclaré. Le mandat de l'Expert indépendant sur la jouissance des droits de l'homme par les personnes atteintes d'albinisme a été établi par le Conseil des droits de l'homme des Nations Unies en juin 2005.

Encore un long chemin vers l'égalité

La résolution historique adoptée par le Conseil des droits de l'homme au début du mois a appelé à une consultation internationale et à des recommandations sur la question. « J'ai passé les six dernières années à lutter contre les attaques liées à la sorcellerie contre les personnes atteintes d'albinisme, et je suis heureuse de constater que de nombreux progrès ont été réalisés sur plusieurs continents, malgré quelques revers au cours de la pandémie », s'est félicité Ikponwosa Ero. Elle a notamment cité un plan d'action régional sur l'albinisme en Afrique en collaboration avec l'Union africaine (UA). En outre, des campagnes de sensibilisation ont permis au public de mieux comprendre les défis auxquels sont confrontées les personnes atteintes d'albinisme en Afrique et dans le monde, notamment dans des pays comme le Brésil, le Japon et les Fidji.

« La recherche sur l'albinisme a plus que décuplé et l'explosion des données et des informations fiables a permis de mieux comprendre comment le droit à la santé, à l'éducation, les droits des personnes handicapées et la discrimination raciale concernent les personnes atteintes d'albinisme" a rappelé Ikponwosa Ero. "On comprend également mieux les droits des femmes et des enfants touchés par l'albinisme et la nécessité de les protéger contre les pratiques néfastes". Mais malgré ces progrès notables, "le chemin à parcourir reste long et ardu", a déclaré l’experte indépendante. "Pour cette raison, ce mandat reste crucial" a-t-elle conclu, appelant les États à apporter tout le soutien possible à son successeur.