A l'ère du Covid, le surpoids gagne du terrain et l'obésité explose en Afrique

Dans dix pays africains, un adulte sur cinq et un enfant et adolescent sur dix pourraient être obèses d’ici décembre 2023, selon les estimations de l'OMS. Des prédictions préoccupantes, à l'ère du Covid, en termes de santé publique.

AlloDocteurs Africa
AlloDocteurs Africa
Rédigé le , mis à jour le
En Afrique, beaucoup d'enfants sont en surpoids
En Afrique, beaucoup d'enfants sont en surpoids

"L’Afrique est confrontée au problème croissant de l’obésité et du surpoids, et la tendance est à la hausse du nombre de cas". C'est en substance le constat inquiétant effectué par la Dre Matshidiso Moeti, directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique. Selon une étude de l'Organisation mondiale de la santé (OMS), la prévalence de l’obésité dans les 10 pays fortement touchés sera comprise d'ici 2023 entre 13,6 % et 31 % chez les adultes, et de 5 % à 16,5 % chez les enfants.

Le continent est également confronté à un problème grandissant de surpoids chez les enfants. En 2019, le continent abritait 24 % des enfants de moins de 5 ans en surpoids dans le monde. Une mauvaise nouvelle, quand on sait que le surpoids des plus petits est associé à un risque accru d’obésité, de décès prématuré et d’invalidité à l’âge adulte. 

Être obèse ou en surpoids augmente le risque de souffrir de maladies cardiovasculaires, de diabète, de troubles musculaires et osseux, ainsi que de certains types de cancer. Le surpoids a aussi été associé aux formes sévères du Covid et la nécessité d’une hospitalisation. Bien qu’aucune donnée ne soit disponible pour l’Afrique, une étude publiée par le Journal of Infection and Public Health a révélé que sur les 2,5 millions de décès dus au Covid-19 signalés dans le monde à la fin de février 2021, quelques 2,2 millions sont survenus dans des pays où plus de la moitié de la population est considérée comme étant en surpoids. Rien que ça. 

"Si nous ne faisons rien, des millions de personnes, y compris des enfants, risquent de vivre moins longtemps tout en subissant le fardeau d'une mauvaise santé", estime la Dre Moeti.

Des habitudes alimentaires telles que la consommation d’aliments aliments riches en énergie, des modes de vie sédentaires ou le manque d’activité physique associé à une urbanisation croissante ou de nouveaux modes de transport dans de nombreux pays, constituent des facteurs d’obésité. Le manque de mesures politiques fortes dans des secteurs clés, comme la santé, l’agriculture, la planification urbaine et l’environnement, pour soutenir des modes de vie plus sains contribue également à la hausse de l’obésité et du surpoids dans beaucoup de pays.

Diminuer le risque de surpoids et d’obésité inclut d’adopter un régime alimentaire sain, tel que la réduction du nombre de calories consommées en gras et en sucre, la pratique d’une activité physique régulière, de même que des mesures politiques gouvernementales qui aident les gens à choisir des modes vies et des régimes plus sains, en s’assurant que des aliments sains sont accessibles et abordables. Coûte que coûte.