Pour la première fois de l'histoire, on a un candidat vaccin sérieux contre le paludisme (photo d'illustration)
Pour la première fois de l'histoire, on a un candidat vaccin sérieux contre le paludisme (photo d'illustration)

Un vaccin contre le paludisme s'apprête enfin à voir le jour !

En Afrique, il tue plus que le Covid-19. Mais le paludisme pourrait bientôt devenir un mauvais souvenir, à l'heure où un nouveau vaccin a démontré une efficacité de 77% contre cette maladie grave transmise par des moustiques.

AlloDocteurs Africa
Rédigé le

Et si la solution contre le paludisme venait du Burkina Faso ? C'est en tout cas ce que laisse espérer un vaccin contre cette maladie grave qu'on appelle aussi malaria. Expérimenté sur le sol burkinabé en 2019 sur 450 enfants âgés de 5 à 17 mois, le sérum - qui est développé par l'université d'Oxford et les chercheurs de l’unité de recherches cliniques de Nanoro au Burkina Faso - affiche des performances insolentes contre le paludisme, une maladie qui tue chaque année plus de 400.000 personnes. 

A en croire l'équipe de recherche qui a conçu ce vaccin, leur piqûre a démontré une efficacité de 77% chez ceux ayant reçu une forte dose d'adjuvant, et de 71% pour ceux ayant une dose plus faible. Ce vaccin, appelé R21/Matrix-M, est le premier à atteindre l'objectif d'efficacité de 75% fixé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS), a précisé l'université, qui collabore avec l'américain Novavax. 

Lueur d'espoir

Publiés dans la revue scientifique The Lancet, "ces nouveaux résultats donnent de grands espoirs dans le potentiel de ce vaccin", a commenté dans un communiqué le professeur Adrian Hill, directeur de l'institut Jenner à l'université d'Oxford, à l'origine également du vaccin anti-Covid développé avec AstraZeneca. 

Ce sérum, qui pourrait être approuvé dans les deux ans, est synonyme d'espoir au moment où les craintes d'une résistance du paludisme aux traitements se renforcent. Pour confirmer les premiers résultats de ce vaccin prometteur, les chercheurs s'apprêtent à le tester sur un grand nombre d’enfants (4 800) originaires de différents pays africains. 

Et cerise sur le gâteau, le vaccin peut être fabriqué à grande échelle et à faible coût, ont souligné ses concepteurs. Un partenariat a été conclu avec le Serum Institute en Inde (SII), qui produit déjà le vaccin anti-Covid Oxford/AstraZeneca, pour en "fabriquer au moins 200 millions de doses annuelles au cours des prochaines années", selon Adrian Hill.