Un étudiant en médecine casse Internet en illustrant un foetus à la peau noire

En illustrant un bébé in utéro à la peau noire, un jeune étudiant nigérian en médecine a relancé le débat autour du manque de ressources iconographiques sur peaux sombres dans les manuels de médecine.

Badr Kidiss
Badr Kidiss
Rédigé le , mis à jour le
Pendant la grossesse, bébé évolue et grandit à une vitesse vertigineuse
Pendant la grossesse, bébé évolue et grandit à une vitesse vertigineuse  —  Chidiebere Ibe/ Twitter

Il a frappé fort. En dessinant une femme noire enceinte avec un bébé in utero, Ibe Chidiebere, un jeune illustrateur médical et étudiant en première année de médecine, ne s'imaginait sans doute pas qu'il allait faire couler autant d'encre. Sa photo a suscité beaucoup de "like" sur Instagram, tout en interpellant de nombreux internautes qui admettent n'avoir jamais vu une illustration médicale d'une femme enceinte à la peau noire.  

Selon une étude publiée dans le Journal of the American Academy of Dermatology, le taux de représentation des peaux noires dans les manuels de médecine est de seulement 4,5%. En Afrique et ailleurs, ce manque de ressources iconographiques sur peaux sombres est un véritable problème de santé publique. Rien que par rapport aux maladies cutanées, cette faible illustration complique le diagnostic, à l'image de celui du cancer de la peau, et influence négativement la prise en charge. Une mauvaise nouvelle, alors que la pandémie du Covid-19 met en lumière la nécessité de disposer d’informations scientifiques factuelles et crédibles.

Il reste encore beaucoup à faire

Sur sa page GoFundMe, Ibe explique que "des recherches récentes sur les inégalités en matière de santé ont révélé que les étudiants noirs sont plus intéressés par les illustrations qui représentent leur couleur de peau". C'est ce qui l'a sans doute poussé à lancer un compte Instagram où il publie ses illustrations médicales de différentes lésions sur peaux noires. 

L'initiative d'Ibe Chidiebere n'est pas la première de ce genre. L'an dernier, un étudiant en médecine à l’université St George de Londres, Malone Mukwende, a sorti un manuel médical pour montrer à quoi ressemblent les lésions cutanées sur les peaux foncées. Et sur Instagram, le compte "Brown Skin Matters" (Les peaux foncées comptent) publie des photos d’infections ou maladies sur peaux noires pour remédier au manque de références dans le domaine dermatologique aux États-Unis. Mais même si la diversité médicale se développe petit à petit, il reste encore beaucoup à faire pour que les manuels de formation soient à l'image de notre réalité.