Un deuxième plan anti-cancer espéré en Algérie

Si l'Algérie a développé ces dernières années ses capacités de traitement, il reste encore beaucoup à faire dans un pays où plus de 65.000 nouveaux cas de cancer ont été recensés en 2021.

Badr Kidiss
Rédigé le
Le cancer gagne dangereusement du terrain en Algérie
Le cancer gagne dangereusement du terrain en Algérie

L'incidence des cancers est en hausse constante. Depuis le début d'année, 65.000 nouveaux cas de cancer, tout types confondus, ont été recensés en Algérie, dont 15.000 cas de cancer du sein. Si le pays a accéléré, ces dernières années, sa lutte contre ces maladies du siècle, il reste encore beaucoup à faire pour améliorer la prise en charge des patients. Car aujourd'hui encore, il est fréquent que des médicaments anticancéreux soient en rupture de stock. 

Si aujourd'hui une personne atteinte d'un cancer en Algérie peut être suivie par l'une des différentes structures hospitalières de l’Etat, beaucoup d’examens complémentaires tels que les IRM, scanner et bilans biologiques restent à la charge du patient. D'où l'importance d'adapter la nouvelle stratégie contre le cancer aux données factuelles du terrain, comme l'explique nos confrères d'El Watan, tout en améliorant la prise en charge des malades par la Caisse nationale des assurances sociales (CNAS). 

Améliorer la prise en charge des malades

Il est vrai que les autorités multiplient les initiatives pour faciliter le parcours thérapeutique des Algériens atteints d'un cancer. Mais à l'heure où la pandémie de Covid-19 "vampirise" toutes les ressources sanitaires du pays, les délais pour bénéficier d'une radiothérapie deviennent plus longs alors que les diagnostics sont de plus en plus tardifs. Une situation qui inquiète bon nombre de chirurgiens, oncologues et radiothérapeutes. C'est notamment le cas du Pr. Mohcine Boubnider, chef de service Chirurgie au Centre Pierre-et-Marie-Curie d'Alger (CPMC), qui appelle les pouvoirs publics à lancer le deuxième plan anti-cancer, puisque le premier (2015-2019) s'est achevé, sans que le gouvernement ne communique à ce sujet. 

En 2020, le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, a promis le lancement prochain du plan quinquennal 2020-2024 de lutte contre le cancer en Algérie. Mais depuis cette annonce, plus rien ou presque. Jusqu'à quand ?