Le syndrome prémenstruel peut avoir un impact très négatif sur la vie des femmes (image d'illustration)
Le syndrome prémenstruel peut avoir un impact très négatif sur la vie des femmes (image d'illustration)

Syndrome prémenstruel : quand les règles vous compliquent la vie

Sautes d'humeur, anxiété, douleurs... À l'approche des règles, certaines femmes souffrent de ce qu'on appelle le syndrome prémenstruel. AlloDocteurs Africa vous dit tout sur ce trouble lié aux règles.

Alicia Mihami
Rédigé le , mis à jour le

Il peut vous pourrir la vie ! Le syndrome prémenstruel (SPM) correspond à une période de quelques jours pendant le cycle menstruel, au cours de laquelle les femmes peuvent ressentir différents symptômes désagréables. Ces derniers apparaissent généralement une dizaine de jours avant les règles et peuvent se prolonger jusqu'à la fin du cycle. 

Très peu de données existent concernant le syndrome prémenstruel en Afrique. Mais on estime que 20 à 50% des femmes souffrent de ce syndrome. Les signes du SPM sont variés mais généralement pas graves. Par contre, ils peuvent être très gênants et véritablement pourrir la vie de certaines femmes ! Car l'intensité de ces symptômes peut varier d'une femme à l'autre : certaines femmes n'en ressentiront aucun et d'autres seront indisposées pendant plusieurs jours avant le début de leurs règles.

Il existe même une forme grave du SPM, le trouble dysphorique prémenstruel, qui regroupe des symptômes psychiatriques dont un état dépressif grave. On ne connaît pas avec certitude les causes du SPM, mais les changements hormonaux vécu par les femmes au cours de leur cycle seraient probablement à l'origine de ces symptômes. 

Une multitude de symptômes 

Le SPM Se traduit pas de très nombreux symptômes, que l'ont peut classer en 3 grandes catégories : les changements physiques, d'humeur, et d'état mental. 

Les changements physiques sont sans doute les plus simples à identifier. Parmi les symptômes les plus courants, on compte : 

  • des ballonnements ou des crampes abdominales
  • une constipation ou au contraire une diarrhée
  • des maux de tête
  • un gonflement des seins
  • des poussées d'acné
  • des nausées 
  • une fatigue intense et des chutes de tension
  • des bouffées de chaleur 
  • des troubles alimentaires (suralimentations, pulsions de sucre soudaines)

Les changements d'humeur et d'état mental sont aussi très nombreux, mais plus difficiles à identifier comme des manifestations du SPM : 

  • anxiété
  • sautes d'humeur (colère ou tristesse intense et soudaine)
  • irritabilité
  • insomnie ou hypersomnie (somnolence excessive, avec parfois des endormissements en pleine journée)
  • étourdissements
  • difficultés de concentration
  • confusion

Une longue liste de symptômes qui peuvent  sérieusement compliquer le quotidien des femmes... et rendre le diagnostic difficile. Il est recommandé de parler à un gynécologue, ou à défaut à votre médecin généraliste, pour passer en revue vos symptômes. 

Traiter le SPM

Il n'existe pas de traitement du SPM à proprement parler. Le médecin peut seulement traiter les symptômes, en prescrivant éventuellement des anti-douleurs pour les crampes abdominales, les maux de têtes et les seins douloureux. La prise d'une contraception peut aussi aider à diminuer les symptômes du SPM. Mais avant d'avoir recours aux médicaments, le plus important est d'apprendre à connaître votre corps ! Vous pouvez par exemple utiliser une application pour suivre votre cycle. Cela vous permettre de savoir quand vous entrer dans la phase du SPM et ainsi de pouvoir reconnaître et anticiper vos symptômes. 

Il existe de nombreuses façons de gérer le SPM sans avoir recours à des médicaments. Un bain chaud ou une bouillotte peuvent vous aidez à soulager vos crampes. Avoir une alimentation adaptée (pauvre en sel et en sucre notamment) peut limiter l'inflammation, les ballonnements et la rétention d'eau. Pour certaines, faire de l'exercice (yoga, étirements) sera utile pour réduire le stress et les sautes d'humeur. Chaque femme est différente. Et il est important qu'elle trouve l'équation qui lui convient le mieux. Dans tous les cas, n'hésitez pas à parler de vos symptômes à un professionnel de santé, qui pourra vous conseiller pour mieux vivre cette période de votre cycle.