Dakar assiste à une augmentation inquiétante des cas de tuberculose (photo d'illustration)
Dakar assiste à une augmentation inquiétante des cas de tuberculose (photo d'illustration)

Pourquoi les cas de tuberculose explosent à Dakar ?

Au niveau mondial, c'est la maladie infectieuse la plus meurtrière, avec environ 1,5 million de morts par an. Et au Sénégal, la tuberculose ne cesse de gagner du terrain, notamment à Dakar.

Badr Kidiss
Rédigé le

La tuberculose est de nouveau en augmentation à Dakar. Si le Sénégal recense chaque année plus de 12.000 nouveaux cas de tuberculose, la région de Dakar comptabilise près de la moitié des malades, selon les derniers chiffres publiés.

Alors que le Sénégal vit toujours à l'heure du Covid-19, la pandémie a fait chuter la fréquentation des structures sanitaires du pays. Résultat, la tuberculose gagne du terrain en silence : on estime que le nombre de personnes atteintes de cette maladie qui ont été orientées chez un spécialiste a chuté de près de 60 %. Et comme la tuberculose présente des symptômes similaires à ceux du Covid-19, notamment la fièvre et la toux, son diagnostic peut être plus difficile. 

Bien que le Sénégal ait mis en place des mesures pour atténuer les répercussions de la pandémie de coronavirus (Covid-19) sur la prestation de services, en renforçant la lutte anti-infectieuse, de nombreuses personnes atteintes de tuberculose n'arrivent toujours pas à accéder aux soins requis. L'Organisation mondiale de la santé (OMS) craint que plus de 500.000 personnes de plus soient décédées dans le monde des suites de la tuberculose en 2020, simplement parce qu’elles n’ont pas pu se faire diagnostiquer.

En finir avec la tuberculose

Infection touchant le plus souvent les poumons, la tuberculose est transmise généralement par voie aérienne et peut se propager au cerveau. Sa prise en charge est gratuite, et elle se soigne normalement en six mois avec une cure de plusieurs antibiotiques. Pour en finir avec cette maladie infectieuse qui est la plus meurtrière au monde, l'OMS propose une stratégie mondiale pour éradiquer l’épidémie mondiale avec comme objectif de réduire le nombre de décès de 95% et l’incidence de 90% d'ici 2035. 

Pour y arriver, les autorités sénégalaises axent leur nouvelle stratégie "autour de l’accélération de la détection des cas manquants de tuberculose grâce à un meilleur ciblage des populations clés et des groupes vulnérables, et l’augmentation du financement domestique pour l’acquisition souveraine des médicaments et des intrants de laboratoire, ainsi que le renforcement de la communication et du partenariat public-privé autour de la lutte anti tuberculeuse", précise le ministre de la Santé et de l’Action sociale, Abdoulaye Diouf Sarr. Mais tout cela risque de ne pas suffire, à moins de réduire les inégalités en matière de santé et intensifier la recherche sur la tuberculose.