Pour l'OMS, l'Afrique doit accélérer le rythme de sa vaccination anti-Covid

Avec seulement 11 % de la population entièrement vaccinée, l'Afrique peine à administrer le sérum anti-Covid.

AlloDocteurs Africa
AlloDocteurs Africa
Rédigé le , mis à jour le
Six millions d'Africains sont vaccinés, en moyenne, chaque semaine
Six millions d'Africains sont vaccinés, en moyenne, chaque semaine  —  OMS

"L’Afrique a désormais accès aux vaccins qu’elle réclamait depuis trop longtemps. C’est une signe d’espoir pour cette année", a récemment déclaré la Dre Matshidiso Moeti, directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique. Mais bien que les livraisons de sérums anti-Covid se soient accélérés sur le continent, de nombreux pays peinent encore à immuniser leur population.

Six millions de personnes sont vaccinées en moyenne chaque semaine en Afrique, alors que les sous-variants d'Omicron ne cessent de gagnent du terrain sur le continent. Mais selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), il faudrait passer à 36 millions de personnes vaccinées par semaine pour atteindre l’objectif de 70 % de couverture vaccinale. Un sacré défi pour le continent, à l'heure où certains pays ont administré le sérum anti-Covid à moins de 2% de leur population. 

Surmonter les obstacles

Rumeurs infondées, fausses informations, hésitation ou famine vaccinale... nombreux sont les facteurs qui peuvent expliquer la lenteur de la vaccination contre le Covid-19 en Afrique. Pour mieux comprendre la situation, plusieurs enquêtes ont été menées sur le terrain par les ministères de la santé du continent en collaboration avec l'OMS, l'Unicef et d'autres partenaires. 

Afin de multiplier par six le taux de vaccination en Afrique, les différents gouvernements du continent tentent d'impliquer les communautés pour renforcer la confiance dans la vaccination. Mais "il reste encore beaucoup à faire cette année pour gagner la confiance des communautés. Lorsque les communautés sont aux commandes, elles apportent une contribution essentielle et permettent de trouver des solutions aux flambées de maladies", explique Mohammed Omer Mukhier, directeur régional de Fédération internationale des sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC) pour l’Afrique. 

Source : OMS