Paludisme : le Sénégal tente une nouvelle stratégie !

Que faire pour se débarrasser du paludisme ? C'est un problème difficile que le Sénégal tente de résoudre.

Badr Kidiss
Badr Kidiss
Rédigé le , mis à jour le
Les Anophèles prolifèrent dans les eaux stagnantes
Les Anophèles prolifèrent dans les eaux stagnantes

Et si le Sénégal éliminait le paludisme d'ici 2030 ? C'est en tout cas l'objectif avoué des autorités qui veulent en finir avec cette maladie transmise par certains moustiques femelles du genre Anopheles. Aujourd'hui encore, toutes les deux minutes, un enfant meurt du paludisme dans le monde. Même si le Sénégal a réussi à réduire le nombre de cas de paludisme (qu'on appelle aussi malaria), cette maladie reste un problème de santé publique dans le pays : chaque année, plus de 300.000 Sénégalais sont atteints du paludisme.

Pour intensifier la lutte, l’Université Cheikh-Anta-Diop (UCAD) de Dakar et le Programme national de lutte contre le paludisme (PNLP) s'apprêtent à mettre en place une cartographie des gènes des parasites responsables du paludisme à travers tout le territoire sénégalais. Ce projet, financé par la Fondation Bill et Melinda Gates, devrait permettre de "dire que le parasite observé sur une personne vivant à Dakar est un parasite de Kolda ou de Ziguinchor par exemple", explique le professeur Daouda Ndiaye, chef du département de parasitologie de l’Université Cheikh-Anta-Diop (UCAD) de Dakar. 

Traquer les moustiques en temps réel

En disposant d'une cartographie des gènes responsables du paludisme, le Sénégal va pouvoir traquer les moustiques en temps réel. Les autorités pourront aussi vérifier l'éventuelle élimination de la maladie dans certaines régions du pays, tout comme ils pourront analyser plus facilement l’efficacité des médicaments utilisés contre le paludisme. Autant dire que ce nouvel outil s'annonce comme indispensable pour éliminer cette maladie dans les prochaines années. 

Reste que l'éradication du paludisme devient d'autant plus difficile que les moustiques, qui transmettent le parasite (du genre Plasmodium) à l'origine du paludisme, ont la capacité de "sentir" certains insecticides.