Le moustique tigre se nourrit surtout le soir
Le moustique tigre se nourrit surtout le soir

Moustique tigre : Invasion en Algérie, comment se protéger ?

Si le moustique tigre poursuit son invasion de l'Algérie, les autorités sanitaires estiment qu'il ne représente pas un danger pour la santé publique tout en préconisant les bons gestes à adopter face à cet insecte.

Badr Kidiss
Rédigé le , mis à jour le

Alors que le moustique tigre semble avoir colonisé certaines wilayas côtières, cet insecte - qui est aussi connu sous le nom scientifique d'Aedes albopictus - ne semble pas inquiéter pour autant le gouvernement. A l'occasion d'une Journée de sensibilisation sur le moustique tigre, le Dr. Djamel Fourar, directeur de la prévention au ministère de la Santé, a expliqué que "le moustique tigre ne constituait pas un danger pour la santé publique, si ce n’est quelques désagréments se manifestant par des démangeaisons et apparition de cloques". 

Capable de véhiculer des maladies telles que la dengue, la fièvre jaune, le chikungunya ou le virus Zika, cet insecte originaire d'Asie du Sud-Est est redouté. Reconnaissable à ses rayures noires et blanches sur tout le corps ainsi que sur les pattes, le moustique tigre ne doit pas être sous-estimé. Certes, dans la plupart des cas, sa piqûre est bénigne. Mais il suffit qu'il pique une seule personne infectée pour pouvoir transmettre le virus ! 

Les gestes à adopter face au moustique tigre

Pour limiter la progression du moustique tigre en Algérie, le Dr. Djamel Fourar a appelé "à éliminer les points d’eau stagnante" qui pourraient favoriser la reproduction de ce vecteur de maladies. Le représentant du ministère de la Santé a souligné l'importance "de supprimer les pneus usagers et tout autre objet pouvant contenir de l'eau" et de "changer l'eau des vases régulièrement et couvrir les récipients d'eau".

Le représentant du ministère de la santé a aussi demandé aux citoyens victimes de piqûres de se présenter aux centres de santé de proximité pour y recevoir les soins appropriés. Il a aussi rappelé qu'aucun cas de maladie transmissible par ce moustique n’a été enregistré en Algérie. Et on espère que ça va durer...