Médicaments en Algérie : Importer moins, produire plus !

Réduire les importations de médicaments et encourager la production locale... c'est l'objectif annoncé des autorités algériennes. Mais est-ce possible ?

Badr Kidiss
Badr Kidiss
Rédigé le , mis à jour le
Les faux médicaments tuent chaque année plus de 100.000 Africains
Les faux médicaments tuent chaque année plus de 100.000 Africains

Elles sont de plus en plus fréquentes ! Les pénuries de médicaments touchent tout le territoire algérien et on estime que plus de 200 médicaments manquent dans les pharmacies du pays. Une situation qui ne semble pas inquiéter le chef de l'Etat, Abdelmadjid Tebboune, qui vient de demander à son gouvernement de réduire la facture d'importation des médicaments !  

Pour importer moins de médicaments, le président estime qu'il est important d'encourager la production locale et d'interdire l'importation de produits fabriqués au pays. Et visiblement tous les voyants sont au vert : le pays dispose d'une industrie pharmaceutique performante qui comprend plus de 80 unités de productions, une agence nationale du médicament et un laboratoire de contrôle de qualité des médicaments référencé par l'OMS. 

Vu que les faux médicaments déferlent sur le pays, M.Tebboune se dit décidé à créer des zones franches avec les pays limitrophes, afin d’en finir avec le fléau de la contrebande. Une décision qui prend tout son sens, à l'heure où la création d'une Agence africaine du médicament semble imminente.