Gros producteur de haschich, le Maroc s'apprête à passer au cannabis médical (photo d'illustration)
Gros producteur de haschich, le Maroc s'apprête à passer au cannabis médical (photo d'illustration)

Maroc : le projet de légalisation du cannabis avance

Le Maroc poursuit ses efforts pour mettre en oeuvre la légalisation du cannabis thérapeutique. Une agence spécialisée vient d'être créé pour superviser le projet.

Ammar Belahcen
Rédigé le , mis à jour le

L’usage du cannabis sera bientôt toléré au Maroc. Après l'adoption de la loi légalisant l'usage thérapeutique du cannabis, l’Agence nationale de régulation des activités liées au cannabis a été créé. Elle sera en charge de contrôler le passage dans le domaine légal de toutes les activités liées au cannabis dans le pays. L'usage récréatif de cette drogue reste cependant illégal. 

Le Maroc est le premier producteur de cannabis au monde : la production actuelle s'élève, selon une étude publiée en 2020 par le réseau indépendant "Initiative mondiale contre la criminalité transnationale organisée", à plus de 700 tonnes par an, pour une valeur de 23 milliards de dollars (environ 19 milliards d'euros). C'est donc une véritable aubaine du point de vue économique pour le Royaume, qui pourra enfin profiter du revenu considérable que représente le cannabis. Et cette légalisation est aussi un moyen de lutte contre les trafiquants.

Lutter contre les trafics

Le texte de loi a été élaboré en harmonie avec les engagements internationaux du Royaume en matière de lutte contre la criminalité et les drogues. Ce projet vise à soumettre toutes les activités liées à la culture, la production, la transformation, le transport, la commercialisation, l’exportation et l’importation du cannabis et de ses produits dérivés à un système de licence. En légalisant et contrôlant le commerce, les autorités espère réduire la criminalité liée au trafic de cannabis

Des études scientifiques ont été élaborées par le ministère, portant essentiellement sur la faisabilité du projet, son potentiel socio-économique et environnemental, ainsi que sur les atouts et les défis que le Maroc se doit de relever pour réussir ce chantier de grande envergure. Mais la route est encore longue pour mettre en oeuvre ce projet et espérer voir des résultats significatifs, tant sur le plan économique qu'en matière de sécurité et de réduction des trafics dans le pays et vers l'international.