Les nouveaux centres de santé vont alléger la pression sur le CHU de Oujda
Les nouveaux centres de santé vont alléger la pression sur le CHU de Oujda

Maroc : La région de l'Orient s'offre deux nouveaux centres de santé

L’offre de soins se renforce au Maroc, et plus précisément dans l'Oriental, avec l’inauguration de deux centres de santé.

Badr Kidiss
Rédigé le , mis à jour le

On sort du désert médical ! L'offre de soins se développe dans l'Oriental, l'une des 12 régions marocaines. Deux nouveaux centres de santé viennent tout juste de voir le jour. Une bonne nouvelle dans ce pays de 36 millions d’habitants qui ne compte que 7,3 médecins pour 10 000 personnes, contre les 23 recommandés par l’Organisation mondiale de la santé (OMS).

Le premier centre de santé, situé à Beni Ansar dans la province de Nador, abrite une maternité, un laboratoire d’analyses médicales, une pharmacie, un service des urgences ainsi qu’une unité d’addictologie. Le deuxième, qui se trouve à Tafoughalt dans la province de Berkane, comprend deux salles de consultations médicales, une salle de soins, une pharmacie, une salle de vaccination et une salle multidisciplinaire alors que la maternité est composée d’un espace d’accueil, une salle de consultation et d’examen, deux salles d’accouchement, ainsi que d’autres services.

Alléger la pression 

Ces nouveaux lieux de santé de proximité doivent, selon le ministère de la Santé, alléger la pression sur les autres centres hospitaliers. Ils "permettront de prodiguer des soins de santé au profit des habitants en matière notamment de la santé de l'enfant et de la mère, des maladies chroniques ainsi que de la santé mentale et l'addictologie", a expliqué le ministre Anas Doukkali. 

Rappelons que ces nouveaux projets s’inscrivent dans le cadre d’un programme national visant la réhabilitation et la création des centres de santé ainsi que des maternités dans les différentes régions du Royaume. Maintenant, il ne reste plus qu'à convaincre les jeunes médecins diplômés de ne pas quitter le pays. Mais ça, c'est une autre histoire...