L'explosion des cas de Covid en Afrique du Sud annonce-t-elle une nouvelle vague sur le continent ?

Alors que la saison hivernale approche à grands pas en Afrique australe, les pays de la sous-région font face au retour en force du Covid-19.

Badr Kidiss
Badr Kidiss
Rédigé le , mis à jour le
Les TDR permettent d'avoir un diagnostic rapide
Les TDR permettent d'avoir un diagnostic rapide  —  OMS

Elle s'accélère. La cinquième vague du Covid-19 gagne du terrain en Afrique australe. Cette reprise épidémique est portée par deux nouveaux sous-variants d’Omicron, BA.4 et BA.5, dont la virulence reste encore à déterminer. 

Au cours de la semaine dernière, la sous-région a enregistré plus de 46.000 cas de Covid, soit une augmentation de 32% par rapport à la semaine précédente. Ceci est en grande partie dû à un pic en Afrique du Sud, où l'apparition des sous-variants a favorisé les contaminations. Une situation préoccupante car, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS), ces nouvelles lignées du Covid contiennent le plus grand nombre de mutations, et on ne sait toujours pas comment ces sous-variants affectent l'immunité.

Une nouvelle vague en Afrique ?

Dans la plupart des pays du continent africain, les précédentes vagues de la pandémie se sont produites vers le milieu et la fin de l'année, principalement sous l'effet de nouveaux variants, des saisons hivernales et des mouvements de population importants pendant ces périodes de vacances. En 2021, la vague du milieu d’année alimentée par le variant Delta a débuté vers le mois de mai et celle de fin d’année au mois de novembre avec l'émergence d'Omicron.

Alors que l'Afrique assouplit ses mesures anti-Covid, l'OMS appelle à la prudence. "Le moment est venu pour les pays d'intensifier leur préparation et de s'assurer qu'ils peuvent mettre en place une réponse efficace en cas de nouvelle vague de la pandémie", prévient le Dr Abdou Salam Gueye, directeur pour les urgences sanitaires au Bureau régional de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) pour l'Afrique. Avant de rappeler que "pour vaincre cette pandémie, nous devons rester vigilants". Plus que jamais.