Le stress hydrique, une menace réelle pour l'Afrique

Confrontée à une sécheresse de plus en plus forte, l'Afrique tente de faire face aux défis urgents de la pénurie d'eau.

La rédaction d'Allo Docteurs Africa
Rédigé le
Avec le stress hydrique, l'accès à l'eau ne cesse de se compliquer en Afrique
Avec le stress hydrique, l'accès à l'eau ne cesse de se compliquer en Afrique

La situation est critique. Alors que les négociations de la COP 27 patinent sur les questions de financement pour les pays pauvres, un rapport de l’Organisation météorologique mondiale (OMM) tire la sonnette d'alarme. Ce document explique que le taux d’élévation des températures en Afrique, d’environ +0,3 °C par décennie de 1991 à 2021, est plus rapide que la moyenne mondiale. Ce qui entraîne la disparition des glaciers et le rétrécissement des principaux lacs.

Toujours selon ce rapport, "l’augmentation de la demande en eau, conjuguée à des approvisionnements limités et imprévisibles, risque d’aggraver les conflits et les déplacements". Selon les estimations de l'OMM, le stress hydrique qui sévit en Afrique touche environ 250 millions de personnes sur le continent et pourrait entraîner le déplacement de 700 millions de personnes d’ici à 2030. Selon toute probabilité, quatre pays africains sur cinq ne disposeront pas de ressources en eau gérées de manière durable d’ici à 2030.

Lire aussi Dans la grande corne de l'Afrique, le changement climatique favorise les épidémies

L'OMM estime que la moitié des pays africains n’ont pas suffisamment de capacités pour mettre en œuvre une gestion intégrée des ressources en eau. L'agence onusienne estime que "les restrictions de disponibilité de l’eau entraveront l’accès à l’eau potable et risquent de déclencher des conflits entre des personnes qui sont déjà aux prises avec des difficultés économiques".

Lire aussi : La rareté de l'eau menace la santé de millions d'Africains

Pour mieux gérer les ressources en eau, le rapport de l’OMM propose aux pays africains, la coopération transfrontalière, à travers les échanges de données et le partage des connaissances, la diversification des cultures. Le document insiste aussi sur l'importance de politiques locales d’investissements pour la gestion des ressources en eau et d’assainissement.