Casablanca s'apprête à accueillir des millions de voyageurs (photo d'illustration)
Casablanca s'apprête à accueillir des millions de voyageurs (photo d'illustration)

Le Maroc révise ses conditions d'accès pour les pays de la liste B

Alors que le Maroc fait face à une augmentation des contaminations au Covid-19, le Royaume vient d'ajouter la Russie, l'Egypte et la Tunisie à la liste B, tout en révisant ses conditions d'accès.

Ammar Belahcen
Rédigé le , mis à jour le

Les conditions d'accès au Maroc évoluent. Depuis la réouverture du ciel marocain le 15 juin dernier, le Royaume a établi deux listes de pays avec différentes règles d'accès. Si les voyageurs en provenance des pays figurant sur la liste B devaient jusque là avoir des autorisations exceptionnelles, un test PCR négatif de moins de 48 heures et se soumettre à un isolement sanitaire de 10 jours une fois sur place, les autorités marocaines ont décidé d'alléger les conditions.

Alors que l'Egypte, la Tunisie et la Russie viennent de passer de la liste A à la liste B, les voyageurs de la zone B sont dispensés de la quarantaine de 10 jours, s'ils sont vaccinés avec un sérum anti-Covid autorisé au Maroc. Ils doivent toutefois présenter un test PCR négatif de moins de 48 heures. Mais les personnes non vaccinées ou incomplètement vaccinées en provenance de la liste B devront toujours observer une quarantaine contrôlée de 10 jours, à la charge des intéressés, dans les hôtels préalablement désignés par les autorités marocaines avec un test PCR de contrôle au 9ème jour.

Plus de 10 millions de Marocains vaccinés

A l'heure où les contaminations sont en hausse dans les quatre coins de l'Afrique, le Royaume chérifien a vacciné plus de 10 millions de personnes, dont 9,1 millions avec les deux injections requises, depuis le début de la campagne de vaccination fin janvier avec les vaccins chinois Sinopharm et britannique AstraZeneca. 

Mieux encore, le Maroc a officialisé le lancement d'un projet de fabrication locale du sérum chinois avec, "à court terme", une capacité de production de 5 millions de doses par mois, d'après l'agence de presse MAP. Le projet nécessitera un investissement global d'environ 421 millions d'euros.