L'Afrique et le Fonds mondial espèrent des milliards pour en finir avec le paludisme, la tuberculose et le VIH

Alors que le Covid a freiné la lutte contre le sida, le paludisme et la tuberculose, cinq présidents africains ont donné le coup d’envoi de la nouvelle campagne du Fonds mondial

Badr Kidiss
Badr Kidiss
Rédigé le , mis à jour le
A l'ombre du Covid, le paludisme gagne du terrain
A l'ombre du Covid, le paludisme gagne du terrain  —  Global Fund

18 millions de dollars US. C'est le montant espéré par le Fonds mondial pour remettre la lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme sur les rails. Alors que ces trois maladies ont gagné du terrain en Afrique à l'ombre du Covid, les présidents de la RDC, du Kenya, du Rwanda, du Sénégal et de l’Afrique du Sud ont donné le coup d'envoi de la septième campagne de "reconstitution des ressources" du Fonds mondial. 

Le budget projeté doit couvrir les trois prochaines années de fonctionnement du Fonds. Il permettrait aussi de : 
- Sauver 20 millions de vies pendant la période 2024-2026
- Éviter plus de 450 millions d’infections ou de cas à l'horizon 2026
- Abaisser le nombre de décès liés aux trois maladies à 950 000 en 2026, contre 2,4 millions en 2020 
- Renforcer les systèmes pour la santé et la préparation aux pandémies 

Une lutte freinée par le Covid

Depuis sa création en 2002, le Fonds a sauvé 44 millions de vies et abaissé la mortalité des trois maladies de 40 %. Mais les progrès réalisés ces vingt dernières années ont été perdus en raison de la pandémie de Covid‑19 et parce que les besoins en ressources à l’échelle mondiale ont augmenté.  

"Face aux répercussions catastrophiques du Covid-19 sur la lutte contre le VIH, la tuberculose et le paludisme, il n’y a pas d’équivoque : soit nous augmentons le financement, soit nous abandonnons tout espoir de mettre fin à ces épidémies d’ici 2030", a déclaré Peter Sands, directeur exécutif du Fonds mondial. Avant d'ajouter que "nous devons en faire plus pour aider les pays à bâtir des systèmes plus résistants, pérennes et inclusifs pour la santé. Il est impératif de mettre fin au VIH, à la tuberculose et au paludisme, de vaincre le Covid et de protéger l’humanité contre les futures maladies infectieuses partout dans le monde". Pour rappel, le président des États-Unis, Joe Biden, accueillera la septième Conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial plus tard dans l'année.