La méningite gagne du terrain en République démocratique du Congo
La méningite gagne du terrain en République démocratique du Congo OMS

La méningite continue de tuer en RD Congo

Après avoir déclaré une épidémie de méningite début septembre, la République démocratique du Congo tente de limiter les contaminations à cette maladie potentiellement mortelle.

Badr Kidiss
Rédigé le , mis à jour le

C'est une maladie qui laisse souvent des séquelles irréversibles ! "La méningite est une infection sérieuse et un défi de santé publique majeur. Nous agissons rapidement, en mobilisant médicaments et expertise, pour soutenir le gouvernement afin de contrôler la flambée aussi vite que possible", explique la Dre Matshidiso Moeti, Directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique. Et depuis que la République démocratique du Congo (RDC) a déclaré une nouvelle épidémie de cette maladie, au moins 377 cas suspects ont été identifiés, dont 155 décès. 

Pour contrôler la flambée, la riposte n'a pas tardé à se mettre en place. Plusieurs patients reçoivent déjà un traitement à domicile et d’autres au sein des formations sanitaires de la zone de santé de Banalia. La méningite se transmet par les gouttelettes de sécrétions respiratoires ou pharyngées des personnes infectées. Un contact étroit et prolongé ou la cohabitation étroite avec une personne infectée facilite la propagation de la maladie. Bien que les personnes de tout âge puissent attraper la maladie, elle affecte principalement les bébés, les enfants et les jeunes

Une région vulnérable

"Nous renforçons la surveillance au sein de la communauté et menons rapidement des enquêtes sur les cas suspects dans les localités voisins afin de traiter les patients et d’endiguer des infections répandues", a déclaré le Dr Amédée Prosper Djiguimdé, Chargé du Bureau de l’OMS en République démocratique du Congo. 

Plus de 1,6 million de personnes âgées de 1 à 29 ans ont été vaccinées lors d’une campagne de vaccination de masse en 2016 dans la Tshopo, qui se situe dans la ceinture africaine de méningite s’étirant sur tout le continent du Sénégal à l’Éthiopie, et traversant 26 pays. La ceinture africaine de méningite est la plus vulnérable dans le monde aux flambées récurrentes. Des épidémies de méningite sont déjà survenues dans plusieurs provinces de la République démocratique du Congo dans le passé. En 2009, une épidémie à Kisangani a infecté 214 personnes et causé 15 décès – soit une létalité de 8 %.