Le nombre de décès lié à la tuberculose commence à baisser
Le nombre de décès lié à la tuberculose commence à baisser

La lutte contre la tuberculose accélère au Maroc

Si la tuberculose fait des ravages au Maroc, les derniers chiffres officiels laissent croire que la maladie est enfin maitrisée.

Badr Kidiss
Rédigé le

On commence à la cerner ! Si plus de 30.000 Marocains sont infectés chaque année par la tuberculose, les autorités sanitaires font le nécessaire pour éliminer cette maladie infectieuse, d’ici 2030. 

Alors qu'au niveau mondial, la tuberculose est toujours la maladie infectieuse la plus meurtrière avec plus d'1,5 million de morts par an, "le Maroc a réduit de 33% le nombre des nouveaux cas de tuberculose, entre 1990 et 2018, estimant ainsi le taux de succès de traitement de la maladie à 86%", a expliqué le ministre de la Santé, Anas Doukkali, à l'occasion du lancement d'un Centre de diagnostic de la tuberculose et des maladies respiratoires à Rabat. 

Le taux des décès diminue

Dans une déclaration à la MAP, le ministre a indiqué que le taux de diagnostic de la maladie a dépassé les 85%, alors que celui des décès a diminué de 68%. Des résultats qui s'expliquent sans doute par le lancement, il y a 18 mois, du plan stratégique national de lutte contre la tuberculose 2018-2021. Ce dernier vise à porter le taux de dépistage de la tuberculose à 90% et passer le taux d'efficacité du traitement à plus de 90%, tout en réduisant le nombre décès.

Mais alors que la hausse de la pollution atmosphérique a des conséquences désastreuses sur la santé respiratoire et peut notamment entraîner une tuberculose, le Maroc est souvent listé parmi les plus gros pollueurs africains. Un paradoxe pour le Royaume qui devrait aussi faire une croix sur le soutien financier du Fonds mondial de lutte contre le Sida, la tuberculose et le paludisme. Car le Maroc est considéré comme un pays émergent au niveau financier. Heureusement, l'Etat a doublé son budget dédié à la lutte contre la tuberculose.