L'Argentine devient un des rares pays d'Amérique du Sud à autoriser l'IVG (Crédit photo Carol Smiljan Shutterstock)
L'Argentine devient un des rares pays d'Amérique du Sud à autoriser l'IVG (Crédit photo Carol Smiljan Shutterstock)

L'Argentine légalise l'avortement

C'est une immense victoire pour les droits des femmes en Amérique latine : mercredi 30 décembre, l'Argentine a légalisé l'avortement. Un signal positif pour des millions de femmes.

Alicia Mihami
Rédigé le , mis à jour le

C'est une victoire historique pour les femmes ! L'Argentine est devenue mercredi 30 décembre une des rares nations latino-américaines à autoriser l'IVG. Les législations sur l'avortement varient fortement dans le monde, avec d'importantes restrictions dans certains pays. Au Salvador par exemple, une législation draconienne interdit l'IVG en toutes circonstances, même en cas de risque pour la vie de la mère et la perte d'un bébé au-delà de 22 semaines de grossesse, peut même être considérée comme un "homicide aggravé" passible de 30 à 50 ans de réclusion ! 

Dans le reste du monde, l'IVG est interdite dans une quinzaine de pays, dont plusieurs pays africains : Congo, Djibouti, Egypte, Guinée-Bissau, Madagascar, République démocratique du Congo, Sénégal. Un vrai calvaire pour les femmes, souvent contraintes de recourir à des avortements clandestins, qui peuvent avoir de graves conséquences : "le risque de décéder suite à un avortement non sécurisé est le plus élevé en Afrique", estime l'Organisation mondiale de la santé (OMS). 520 femmes meurent tous les 100.000 avortements à risque en Afrique subsaharienne.

Un droit toujours sous pression

Dans de nombreux pays, si l'avortement n'est pas totalement interdit, il est soumis à des conditions extrêmement restrictives. Ainsi, l'IVG est accessible uniquement en cas de danger pour la vie de la mère dans des pays comme la Côte d'Ivoire, la Libye, l'Ouganda, le Soudan du Sud... Pourtant, il y a 26 ans, la Conférence internationale sur la population et le développement (CIPD) qui s’est déroulée au Caire voulait que les femmes du continent bénéficient de tous leurs droits sexuels et reproductifs !

Mais le problème de l'accès à l'avortement ne se limite pas à l'Afrique : lrak, Liban, Syrie mais aussi Birmanie, Guatemala, Brésil, ou encore Pologne... Les droits des femmes et leur santé sont en danger partout dans le monde ! Et même si le droit à l'avortement progresse, il reste un acquis récent dans bien des pays : La Nouvelle-Zélande n'a dépénalisé l'avortement qu'en mars 2020. En Irlande, il n'est légal que depuis septembre 2018, et n'a été libéralisé qu'en octobre 2019 en Irlande du Nord. Le chemin vers une véritable liberté des femmes sur leur corps est encore long, en Afrique comme dans le monde entier. Mais les choses changent peu à peu et cette nouvelle législation en Argentine en est la preuve !