Gabon: Le prix des médicaments ne va pas augmenter

Au Gabon, l'éventuelle hausse du prix des médicaments n'aura pas lieu. Et c'est le directeur général de l'Agence Gabonaise de Normalisation qui le dit.

Arnaud Ntchapda
Rédigé le , mis à jour le
Les pharmaciens guinéens veulent réserver les médicaments aux pros
Les pharmaciens guinéens veulent réserver les médicaments aux pros

Les prix ne bougeront pas ! La hausse des médicaments annoncée par le syndicat des pharmaciens du Gabon la semaine passée n’est plus à l’ordre du jour. La menace a été désamorcée par Abdu Razzaq Guy Kambogo, le directeur général de l'Agence Gabonaise de Normalisation (Aganor). Au cours d'une conférence, Kambogo a déploré une mauvaise compréhension de l'arrêté en rapport avec le Programme Gabonais d'évaluation de la conformité (Progec). Il s’agit du texte qui fixe les conditions d’application de l’Évaluation de la Conformité aux normes des médicaments et l’entrée en vigueur des contrôles. 

Abdu Razzaq Guy Kambogo déclare à l’intention des pharmaciens que rien ne saurait justifier une augmentation du prix des médicaments. Car, selon lui, le médicament ne fait pas partie du champ d’application du Progec. “Il y a eu malencontreusement une mauvaise lecture de l’arrêté qui a fait que certains opérateurs, notamment ceux du secteur pharmaceutique, fassent une sortie et affirment qu’il va avoir une augmentation du prix du médicament du fait de l’exigence du certificat de conformité induit par l’élargissement du champ d’application du Progec“, fait savoir le haut responsable.  

Des craintes dissipées

Le responsable rappelle que l’arrêté 1080 précise les produits assujettis au Progec. Il cite les produits alimentaires, les produits qui font l’objet d’exemption, les produits qui sont déjà contrôlés, ceux qui sont certifiés par des organismes tiers mondialement reconnus. 

“Le médicament sur ce coup, est automatiquement exclu. Et un élément supplémentaire, c’est que le médicament est exonéré des droits de Douanes. Et le texte précise que le Progec s’intéresse aux produits soumis par le code des Douanes“, explique le directeur général de l'Aganor.  De quoi soulager Grâce Nze Nkoure, la présidente du Syndicat des Pharmaciens, qui redoutait l'augmentation du prix des médicaments.