Fès : Trafic de tests PCR, deux arrestations de médecins

Il y a quelques jours, les autorités marocaines ont démantelé un important trafic de tests PCR à Fès. On en sait aujourd'hui un peu plus.

Sabrina El Faïz
Rédigé le , mis à jour le
Un test du Coronavirus Covid-19 (Illustration)
Un test du Coronavirus Covid-19 (Illustration)

Deux médecins résidents du CHU Hassan II de Fès ont été interpellés, fin novembre, dans le cadre du démantèlement d'un trafic de tests PCR qu'ils vendaient illégalement. Ce petit réseau détournait les personnes désireuses d'effectuer un test de dépistage du coronavirus (Covid-19) du circuit classique (hôpitaux, laboratoires...) pour les encourager à se faire dépister à domicile. 

Les deux médecins sont soupçonnés d'avoir utilisé 50 tests PCR de l'hôpital CHU de Fès pour effectuer des prélèvements payants avant d'inscrire ces "clients" dans la base de données des patients Covid de l'hôpital. L'un des prévenus a d'ailleurs été interpellé alors qu'il recevait un montant de 500 DH d'une femme après un test à domicile, selon un communiqué de la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN). Les autorités ont aussi mis la main sur 5 tubes vides pour test PCR, de l'argent ainsi que des décisions médicales d’hospitalisation ou encore, des comptes rendus vierges. 

Un hôpital durement touché

Si l’enquête suit son cours, les autorités sont aujourd'hui convaincues que ce trafic de tests PCR va au-delà des deux personnes interpellées. D'autant qu'un troisième médecin a été interpellé et le nombre de personnes mises en cause ne cesse d'augmenter. 

Rappelons qu'à ce stade de l'enquête, près de 60 ordonnances vierges avec l’en-tête du CHU Hassan II de Fès ont été saisies. Un CHU qui aurait pu se passer de ce scandale. Durement touché par le coronavirus (Covid-19), l'hôpital recensait officiellement 60 contaminations parmi son personnel soignant en août dernier.