Enorme saisie de faux médicaments en Côte d'Ivoire

Près de 40 tonnes de faux médicaments ont été saisis, il y a quelques jours, sur le sol ivoirien.

Badr Kidiss
Badr Kidiss
Rédigé le , mis à jour le
Des faux médicaments ont été saisis dans un entrepôt dans la commune de Port-Bouët
Des faux médicaments ont été saisis dans un entrepôt dans la commune de Port-Bouët  —  Douanes Ivoiriennes

Il continue de prospérer. A l'ombre du Covid, le trafic de faux médicaments gagne du terrain en Afrique et le "pays des Éléphants" n'est pas épargné par ce terrible fléau. Rien qu'en janvier, les autorités ivoiriennes ont saisi 38 tonnes de médicaments de qualité inférieure et/ou falsifiés (MQIF). Une incroyable saisie qui résulte de deux opérations orchestrées par les services de la gendarmerie et de la douane. 

Chaque année, on estime qu'au moins 100.000 personnes meurent, en Afrique subsaharienne, après avoir ingéré de faux médicaments. Et on sait qu'au moins 40% des médicaments en circulation dans la région sont falsifiés. Pour faire face au trafic, la Côte d'Ivoire fait partie des rares pays africains à avoir criminalisé ce trafic. 

Une agence africaine de régulation

Si les autorités ivoiriennes d'alerter la population depuis 2018 sur les dangers des faux médicaments, 
l'Afrique de l'Ouest est toujours la plaque tournante de ces dangereux produits. Une mauvaise nouvelle, alors que 30 à 40% des médicaments consommés par les Ivoiriens sont achetés dans la rue. 

Mais l'espoir existe : la création prochaine d’une agence africaine du médicament (AMA) – une première sur le continent - qui sera chargée de "la traçabilité des médicaments de qualité". Ce qui, à terme, permettra de mieux lutter contre les produits médicaux contrefaits, de qualité douteuse ou inférieure