En République Centrafricaine, le premier centre d’hémodialyse est fonctionnel

L'unique centre d'hémodialyse en Centrafrique est désormais opérationnel.

Arnaud Ntchapda
Rédigé le
Le centre d'hémodialyse à Bangui
Le centre d'hémodialyse à Bangui  —  Ministère centrafricain de la Santé

On l'espérait, c’est officiel. Le premier Centre d'hémodialyse de Bangui logé au Centre Hospitalier Universitaire de Bangui, a ouvert ses portes. Et c'est le Dr Cédric Le Grand Ouanekponé, néphrologue, qui va assurer la direction de cette nouvelle structure. Selon ce dernier,"l’hémodialyse n’est pas seulement pour les patients âgés ou insuffisants rénaux chroniques. Elle est d’abord une mesure de réanimation. Les femmes enceinte qui perdent beaucoup de sang, un enfant atteint de paludisme grave et un accidenté peuvent également avoir recours à l’hémodialyse pour pouvoir reprendre à vivre correctement".

A l'heure où ces lignes sont écrites, nombreux sont les Centrafricains à avoir reçu des soins dans le nouveau centre spécialisé. "Lorsqu’on m’a amené dans ce centre, j’étais dans le coma. Grâce aux soins appropriés reçus, j’ai recouvré la santé", explique Vivien, l'un des premiers patients du centre d'hémodialyse.

Lire aussi : “En Afrique subsaharienne, 13% des adultes souffrent d'une maladie rénale chronique“

"Il était utile d'ouvre un centre d'hémodialyse"

"Beaucoup de nos compatriotes souffrent parce que ce centre n’existe pas chez nous. Nous sommes obligés de les évacuer. Parfois, ces évacuations sanitaires sont de longue durée. Celles-ci reviennent très cher pour les familles, les patients et l’Etat. C’est pour cette raison qu’il était vraiment utile d’ouvrir un centre d’hémodialyse chez nous" a expliqué le président de la République, Faustin Archange Touadéra.

Un médecin spécialisé, recruté par l'Etat, sera chargé Ses activités ont été lancés à la mi-Juillet par le président de la République Centrafricaine Faustin Archange Touadera. Financé par le gouvernement et la Banque africaine de développement (BAD), ce nouveau centre concrétise l'intention des autorités de moderniser les infrastructures sanitaires du pays.