En RD Congo, la détection de la lèpre s'intensifie

Plus de 4.000 nouveaux cas de lèpre ont été recensés, l'an dernier, en République démocratique du Congo.

Badr Kidiss
Badr Kidiss
Rédigé le
Une Congolaise atteinte par la lèpre
Une Congolaise atteinte par la lèpre  —  OMS

Elle fait partie des maladies tropicales négligées qui font des ravages en Afrique. Elle, c'est la lèpre, une maladie chronique causée par le bacille Mycobacterium leprae. Elle touche principalement la peau, les nerfs périphériques, la muqueuse des voies respiratoires supérieures ainsi que les yeux. Elle se manifeste au début par des tâches décolorées sur la peau, sans démangeaison ni douleur, avant de provoquer une invalidité au bout de plusieurs années, ce qui explique que beaucoup de personnes se font diagnostiquer tardivement. Et la République démocratique du Congo (RDC) fait partie des pays africains les plus touchés par ce mal. 

Lire aussi : La lèpre, c'est quoi au juste ?

Mais heureusement, la détection de la lèpre s'intensifie dans neufs provinces où elles est endémique, grâce à un soutien financier de la Fondation Sasakawa pour la Santé (SHF). "Nous avons pu diffuser des messages de sensibilisation dans les églises, les écoles, les marchés et dans la rue avec des mégaphones, ainsi que via les radios communautaires", détaille le Dr Florent Ngondu, Directeur du programme d’élimination de la lèpre au Ministère de la santé. Avant d'expliquer que "le programme national d’élimination de la lèpre est intégré aux structures de santé". 

Pour qu'aucun Congolais ne souffre de la lèpre

Tout au long de son histoire, la lèpre a été redoutée et mal comprise. Elle a souvent été considérée comme une maladie héréditaire, une malédiction ou une punition de Dieu. Avant et même après la découverte de sa cause biologique, les malades de la lèpre étaient stigmatisés et rejetés. Aujourd'hui, 46 pays africains ont éliminé la lèpre comme problème de santé publique, et le nombre de nouveaux cas détectés est passé de 52.767 en 2000 à 17.887 en 2020, soit une réduction de 66 %. 

"Le précieux soutien de la fondation Sasakawa s’inscrit dans la vision de la stratégie mondiale de lutte contre la lèpre 2021-2030 qui vise à obtenir zéro cas de lèpre, zéro cas d’infirmité et zéro discrimination", se félicite le Dr Amédée-Prosper Djiguimde, représentant de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) en République démocratique du Congo. Ce dernier estime qu'il faut désormais "pérenniser les bons résultats obtenus afin que plus personne en RDC ne souffre de la lèpre"