En RD Congo, la délicate sensibilisation des Kinois face au Covid-19

L'arrivée des vaccins contre le coronavirus (Covid-19) sur le sol congolais coïncide avec une campagne de sensibilisation aux questions sanitaires à Kinshasa.

Arnaud Ntchapda
Rédigé le , mis à jour le
Les Kinois sont appelés à respecter les gestes barrières (photo d'illustration)
Les Kinois sont appelés à respecter les gestes barrières (photo d'illustration)

Il était temps... Depuis l'apparition du coronavirus (Covid-19) en République démocratique du Congo (RDC), Kinshasa est l'épicentre des contaminations. Mais ces derniers jours, la capitale assiste à une augmentation inquiétante du nombre de contaminations au SARS-CoV-2, le virus responsable du Covid. Alors que le port du masque et le respect des gestes barrières est anecdotique dans certains quartiers et marchés populaires de Kinshasa, les autorités multiplient les appels à la responsabilité des Congolais au respect des gestes barrières. Cette mise en garde prend aujourd'hui la forme d’une longue campagne de sensibilisation.

4.000 agents de santé appellent les Kinois à suivre les mesures clés pour stopper la propagation du coronavirus. “La maladie n’est pas encore vaincue, elle est là. C’est pourquoi nous nous sommes dit que quand les enfants vont reprendre les études le couvre-feu sera encore là et aussi on va renforcer la lutte avec la sensibilisation. Nous espérons que la population va comprendre que la maladie existe et aussi elle va pratiquer les gestes barrières“, a expliqué le ministre de la Santé, Dr Eteni Longondo, quelques jours avant la réception du premier lot de vaccins anti-Covid fournis par le Covax

Encourager la vaccination

Cette campagne de sensibilisation - qui va durer trois mois - permet, en marge de l'ouverture de la vaccination contre le coronavirus aux personnes prioritaires, de rappeler l'importance de ces piqûres. “Le meilleur moyen de prévention contre toute épidémie, c’est la vaccination. C’est pourquoi je dis au peuple congolais que le gouvernement avec les techniciens de la santé a pris la décision pour le bien du peuple congolais dans le cadre de l’amélioration de la santé du peuple d’importer le vaccin, pas n’importe quel vaccin (…) Le vaccin ne va pas tuer la population mais la protéger surtout que nous avons les nouveaux variants de ce virus dont on ne connait pas la capacité de nuire“, rappelle le Dr Longondo.

Grâce à l'initiative Covax - un dispositif piloté notamment par l'OMS qui assure un accès équitable aux vaccins dans le monde - la République démocratique du Congo devrait encore recevoir 5,2 millions de vaccins contre le coronavirus