En Algérie, moins de 20% du personnel soignant est vacciné contre le Covid-19

Malgré les nombreux appels à la vaccination, les Algériens ne se précipitent pas dans les centres anti-Covid. A tel point que le personnel de santé hésite à se faire inoculer la piqûre salvatrice.

Sabrina El Faïz
Rédigé le , mis à jour le
Très peu de soignants algériens sont vaccinés contre le Covid-19
Très peu de soignants algériens sont vaccinés contre le Covid-19

La situation est compliquée. A ce stade, 11% de la population algérienne est totalement vaccinée contre le Covid-19. Même le personnel soignant semble réticent à se faire vacciner. Selon le ministre de la Santé, Abderrahmane Benbouzid, moins de 20% des personnels du secteur de la santé sont vaccinés. Une bien mauvaise nouvelle, à l'heure où le pays n'est pas à l'abri d'une nouvelle vague de contaminations. 

"La réticence du personnel soignant pourrait conduire à la hausse des cas d'atteinte durant les prochains jours en raison de la propagation du variant Delta, très répondu dans le monde, ayant touché les jeunes étant donné que la campagne de vaccination avait touché au début les personnes âgées, les malades chroniques uniquement", estime le président du Conseil scientifique de l'Etablissement public hospitalier (EPH) de Rouiba, Pr. Kamal Djenouhat

Bien que les autorités multiplient les appels à la vaccination, de nombreux Algériens ne se présentent pas à leur second rendez-vous pour recevoir leur deuxième dose. De quoi pousser le gouvernement à réfléchir à un projet de... pass vaccinal. 

Des millions de vaccins et si peu de bras

Il y a quelques jours, le ministre de la Santé a annoncé que l'Algérie disposait de 13 millions de doses de vaccins anti-Covid. "Pourquoi continuer à recevoir des vaccins alors que ceux-ci ne sont pas écoulés ? ", s'interrogeait amèrement Benbouzid. 

Pour encourager les Algériens à se faire vacciner et se protéger d'une quatrième vague du Covid-19, le ministère de la Santé s'apprête à revoir sa stratégie de communication.