En Afrique subsaharienne, le vaccin en ligne de mire pour mieux lutter contre le paludisme

Dans les pays d'Afrique subsaharienne, le paludisme tue chaque des centaines de milliers de personnes. En addition des multiples stratégies pour la prise en charge des patients et pour contrer la maladie, l’espoir se porte désormais sur le vaccin RTS,S pour protéger les populations, en particulier les enfants de moins de 5 ans.

Arnaud Ntchapda
Rédigé le
Une jeune fille ghanéenne qui reçoit une dose du RTS,S
Une jeune fille ghanéenne qui reçoit une dose du RTS,S  —  OMS/Fanjan Combrink

L'arrivée du premier vaccin contre le paludisme peut-elle permettre à l’Afrique d’éliminer la maladie d’ici à 2030 ? En août dernier, l’Unicef a annoncé l’achat de 18 millions de doses du premier vaccin antipaludique, le Mosquirix (RTS, S/AS01), afin d’accélérer le déploiement de cette piqûre sur le continent africain. 

A ce jour, plus d’un million d’enfants de moins de cinq ans ont déjà reçu une à quatre doses contre la malaria (l'autre nom du paludisme), estime l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui recommande officiellement le RTS,S, malgré une efficacité limitée à environ 40 %. Mais selon les prévisions, cette piqûre pourrait sauver 40 à 80.000 enfants chaque année sur le continent africain. Rien que ça. 

Lire aussi L'Afrique, continent martyr face au paludisme

L'impact espéré du RTS,S en Afrique

Ces derniers mois, nombreux sont les pays d'Afrique subsaharienne qui sont entrés dans un processus d’acquisition et de distribution du RTS,S. On peut notamment citer le Tchad, la République du Congo, le Niger, le Tchad ou encore le Cameroun parmi les pays qui multiplient leurs efforts pour avoir rapidement ce vaccin. Il sera donc bientôt possible de faire bénéficier nos enfants de cette piqûre. 

Lire aussi : "Les médicaments vendus dans la rue sont un obstacle à la lutte contre le paludisme"

Mais même si vaccin a déjà fait ses preuves dans d’autres pays africains (Malawi, Kenya et Ghana depuis 2019), les experts soulignent la nécessité d’associer le RTS,S aux autres stratégies de lutte contre le paludisme à savoir l'utilisation de moustiquaires imprégnées d'insecticide, la pulvérisation d'insecticide ou la chimioprévention du paludisme saisonnier (SMC) par l’administration intermittente de médicaments antipaludiques pendant la saison du paludisme. Une essai mené récemment au Burkina Faso et au Mali a suggéré que la combinaison du vaccin RTS,S avec la SMC réduisait les épisodes cliniques de paludisme, les hospitalisations et les décès d'environ 70 %, par rapport à la SMC seule.