L'Afrique, continent martyr face au paludisme

Selon l'OMS, La communauté internationale doit redoubler d'efforts pour financer la lutte contre le paludisme, qui continue de tuer chaque année par centaines de milliers, principalement en Afrique.

La rédaction d'Allo Docteurs Africa avec AFP
La rédaction d'Allo Docteurs Africa avec AFP
Rédigé le
Un enfant et sa mère bénéficient d’un test de dépistage du paludisme au Mozambique
Un enfant et sa mère bénéficient d’un test de dépistage du paludisme au Mozambique  —  Malaria Consortium

Après une année 2020 catastrophique sur le front du paludisme, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) se réjouit d'une stabilisation des infections et des décès en 202. Mais dans son nouveau rapport annuel, l'agence onusienne souligne également les importants défis qui restent à surmonter: le manque d'argent, l'effet potentiel du changement climatique et les mutations du parasite qui cause le paludisme et le rendent plus résistant aux traitements. 

Lire aussi : Comment l'Afrique veut se débarrasser de l'Anopheles stephensi, le nouveau vecteur du paludisme ?

Selon l'organisation onusienne, le monde est "sorti de la trajectoire" qui devait permettre de réduire de 90% les infections et les décès d'ici 2030 par rapport à 2015. Pour revenir dans les clous, il faudrait le double de financement, insiste l'OMS. 

L'Afrique, en première ligne

L'Afrique, avec 95% des infections et 96% des décès, est le continent martyr. Après une chute spectaculaire du nombre de décès dûs à la malaria (l'autre nom du paludisme) entre 2000 et 2019, ils ont rebondi de 10% à 625.000 en 2020 avant de s’infléchir de nouveau légèrement l'année dernière (619.000 morts). Pendant ce temps, il y a eu 2 millions d'infections en plus, à 247 millions. 

L'OMS a salué le fait que de nombreux pays ont réussi à maintenir et même à augmenter le dépistage et le traitement du paludisme pendant la pandémie, malgré les problèmes de chaîne d'approvisionnement et de logistique. En 2020, les pays ont distribué un nombre record de moustiquaires imprégnées d'insecticide, qui constituent le principal outil de lutte contre les moustiques porteurs du paludisme, et ont maintenu une forte distribution l'année dernière. Les pays où le paludisme est endémique ont également distribué un nombre record de tests.

Vers un large déploiement du vaccin en 2023

L'arrivée d'un premier vaccin est aussi venu conforter ceux qui mènent la lutte contre cette maladie: le RTS,S, qui a déjà été administré à plus d'un million d'enfants et sera largement disponible l'année prochaine. Abdisalan Noor, du Programme mondial de lutte contre le paludisme de l'OMS, estime qu'il est encore trop tôt pour dire combien de vies le vaccin pourra sauver. Mais "nous nous attendons à un impact considérable sur les maladies graves et les décès", a-t-il déclaré aux journalistes. 

Lire aussiCes pays africains qui attendent le RTS,S, le vaccin contre le paludisme

Outre les fonds, d'énormes défis subsistent. "Le paludisme n'est pas une maladie qui stagne", a déclaré Peter Sands, directeur du Fonds mondial, qui fournit 63% de tous les financements internationaux destinés aux programmes de lutte contre le paludisme. "Les parasites évoluent pour résister aux traitements, et les moustiques s'adaptent pour résister aux insecticides ou piquent leurs victimes plus tôt dans la journée", a-t-il déclaré dans un communiqué, mettant en garde que "le changement climatique étend la portée géographique du paludisme à des régions auparavant considérées comme sûres."