En Afrique, plus de 900 laboratoires peuvent dépister le Covid

Près de deux ans après le début de la pandémie de Covid sur le continent africain, le nombre de laboratoires capables de détecter la maladie a largement augmenté.

Badr Kidiss
Badr Kidiss
Rédigé le , mis à jour le
A Brazzaville, le recours aux tests de diagnostic antigénique rapide est en augmentation
A Brazzaville, le recours aux tests de diagnostic antigénique rapide est en augmentation  —  OMS

Ils étaient seulement deux, au début de la pandémie. Lors de l'identification du premier cas de Covid en Afrique, le 14 février 2020, seuls deux pays africains étaient capables de dépister le nouveau coronavirus : le Sénégal, avec son Institut Pasteur, et l’Afrique du Sud, le pays le plus industrialisé du continent. 

Mais le continent s'est réveillé rapidement. Et quatre vagues de contaminations plus tard, environ 900 laboratoires sont aujourd'hui en mesure de tester les populations africaines. Certains d’entre eux sont même assez performants pour s’attaquer au séquençage génétique du virus. Cet indispensable outil pour traquer le virus s'améliore, sur le sol africain, depuis la création du Centre régional d’excellence pour la surveillance génomique et la bio-informatique en Afrique du Sud, en collaboration avec l’Institut national sud-africain de bio-informatique (SANBI) basé à l’Université du Cap-Occidental. Mais il reste encore beaucoup à faire... 

"Dans la mesure où les nouveaux variants sont à l’origine des vagues successives, il est primordial que les pays renforcent leur capacité de détection des variants grâce à un meilleur séquençage génomique. Cela nous permettra également de repérer rapidement d’autres virus mortels", rappelle la Dre Matshidiso Moeti, directrice régionale de l’OMS pour l’Afrique.

Tester encore plus

Essentiel pour endiguer la propagation du Covid-19, le dépistage ne cesse de s'améliorer en Afrique. Aujourd'hui, près de la moitié des pays du continent sont capables de réaliser 10 tests de dépistage pour 10.000 personnes chaque semaine, comme le recommande l'OMS. L’année dernière, seulement 15 pays en étaient capables. 

Mais comme les cas de Covid sont essentiellement asymptomatiques en Afrique, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) appelle à "accroître le nombre de tests de dépistage et des actions de riposte au sein des communautés".