En Afrique, la troisième dose anti-Covid s'impose lentement mais sûrement

Maroc, Tunisie, Algérie, Togo, Gabon, Afrique du Sud... de nombreux pays africains ont fait le choix d'une troisième dose face au Covid-19. On fait le point.

Badr Kidiss
Badr Kidiss
Rédigé le , mis à jour le
Une mère reçoit sa deuxième dose de la vaccination COVID-19 dans un centre de santé à Obassin, au Burkina Faso
Une mère reçoit sa deuxième dose de la vaccination COVID-19 dans un centre de santé à Obassin, au Burkina Faso  —  Unicef/Frank Dejongh

Le 14 décembre dernier, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) nous apprenait que l’Afrique avait enregistré la hausse la plus rapide du nombre de cas de Covid-19 de l'année. Depuis, l'épidémie ne cesse de gagner du terrain et la barre symbolique des 10 millions de contaminations a été franchie cette semaine. Aujourd'hui, bon nombre de pays africains ont lancé leur campagne de rappel afin de contrer la montée en puissance du variant Omicron, et d'autres y songent. 

Mais ce choix semble paradoxal, à l'heure où la vaccination avance toujours timidement sur le continent (moins de 10% de la population a reçu les deux doses d'un vaccin anti-Covid). Il va aussi à l'encontre de l'OMS qui avait appelé à un moratoire sur la troisième dose, afin de laisser plus de vaccins disponibles pour les pays où le taux de vaccination est encore très faible. Malgré cela, la liste des pays africains qui mettent en place une campagne de rappel de vaccination ne cesse de s'allonger.

Le Maroc, pionnier africain de la troisième dose

Parmi les bons élèves, le Maroc arrive en tête. Près de 3,5 millions d'habitants ont déjà reçu une dose de rappel dans une population vaccinée à près de 65%. Et pour encourager les Marocains à se faire vacciner, les autorités n'ont pas hésité à conditionner cette troisième injection au pass vaccinal. Ce qui n'est pour le moment pas le cas dans le reste du Maghreb. Que ce soit en Tunisie ou en Algérie, cette dose de rappel n'est pas obligatoire. "La troisième dose est facultative pour la population éligible (âgée de 18 ans et plus)", précise le ministre algérien de la Santé, Abderrahmane Benbouzid. 

L'Afrique subsaharienne veut accélérer la vaccination

Et alors que le Sénégal devrait à son tour annoncer l'intention d'injecter une troisième dose de vaccins anti-Covid pour les Sénégalais ayant déjà reçu leurs deux premières doses, selon des médias locaux, le Togo a déjà sauté le pas. Depuis le 27 décembre dernier, la troisième injection est ouverte à tous les Togolais ayant eu la deuxième dose d’AstraZeneca, de Pfizer, Sinovac ou Johnson & Johnson depuis au moins deux mois. Même son de cloche au Gabon, où toutes les personnes ayant reçu le vaccin Sinopharm, Pfizer ou Moderna entre le mois de mars et juillet 2021 sont éligibles à la troisième dose. Pays africain le plus endeuillé par le Covid-19, l'Afrique du Sud lance une campagne de rappel massive à toutes les personnes âgées de 60 ans et plus.