Dr Axel Stéphane Nwaha Makon : “Face au cancer du pénis, la prévention est de mise“

Méconnu et rare, le cancer pénien peut être dévastateur. Pourtant, des solutions existent.

Arnaud Ntchapda
Rédigé le
Le Dr Axel Stéphane Nwaha Makon nous dit tout sur le cancer pénien
Le Dr Axel Stéphane Nwaha Makon nous dit tout sur le cancer pénien  —  Allo Docteurs Africa / Arnaud Ntchapda

Il concerne 1% des hommes dans le monde. Le cancer du pénis est provoqué par le papillomavirus humain (HPV), dont l’apparition est favorisée par une mauvaise hygiène de l’appareil génital masculin. Pour l’éviter, les urologues recommandent la prévention. Celle-ci inclut la circoncision qui éloigne dès lors les déchets et autres saletés pouvant favoriser l’apparition des microbes. Des traitements existent et peuvent améliorer le quotidien des malades, lorsque leur situation n’est pas compliquée. Le Docteur Axel Stéphane Nwaha Makon, chef du service d’urologie de l’hôpital Laquintinie de Douala, nous présente ce cancer et sa prise en charge au Cameroun. Entretien. 

Allo Docteurs Africa : Comment se présente le cancer du pénis ? 

Dr Axel Stéphane Nwaha Makon : Cette tumeur peut prendre plusieurs formes. Elle peut se manifester à travers une éruption cutanée au niveau du gland du pénis. Et elle peut aussi se traduire par une masse qui se forme et prend l’apparence d’un ulcère, au niveau de la peau du pénis ou du gland. En général, toute masse qui se retrouve au niveau du pénis doit être explorée. 

A.D.A : Comment peut-on éviter le cancer du pénis ? 

Dr A.S.N.M. : Pour l’éviter, il faut connaître les facteurs de risque. Le premier d'entre eux est une contamination au papillomavirus humain (HPV). C'est ce virus qui peut provoquer le cancer du col de l’utérus chez la femme, et celui du pénis chez l'homme. 

L’autre facteur de risque et pas des moindres, c’est l’hygiène. Il est reconnu que les patients qui ont une mauvaise hygiène sexuelle, c’est-à-dire plusieurs partenaires sexuels sont à risque d’avoir un cancer du pénis. Mais surtout ces patients qui, non seulement, n'ont pas de rapports sexuels protégés mais aussi une mauvaise hygiène. C’est-à-dire qu’ils ne savent pas se nettoyer le sexe, avant et après le rapport sexuel. Ce qui devrait être un geste automatique. 

La prévention consiste aussi à faire la circoncision. Parce que l’on sait que lorsque vous gardez le prépuce, il renferme toutes sortes de déchets, de saletés à l’instar du papillomavirus. Il faut aussi réduire le nombre de partenaires sexuels.

  A.D.A : Existe-t-il des traitements pour le cancer du pénis ? 

Dr A.S.N.M. : Oui, heureusement. Pour guérir ce cancer, plusieurs solutions existent. On peut passer par une exérèse chirurgicale, c'est-à-dire qu'on enlève simplement la masse. Mais il peut aussi s'agir d'une chirurgie plus lourde, une pénectomie. Autrement dit, l'ablation du pénis pour raisons médicales. En plus de la chirurgie, le traitement peut aussi passer par la chimiothérapie. 

Le traitement du cancer du pénis est toujours un peu lourd. Parce que même en vous enlevant simplement la tumeur, il y a quand même un gros préjudice esthétique. Vous voyez donc que face à cette maladie, la prévention est de mise. 

A.D.A : Le cancer pénien est fréquent au Cameroun ? 

Dr A.S.N.M : Ici à l’hôpital Laquinitinie, ce n’est pas la tumeur la plus fréquente. Elle fait même partie des cancers les moins fréquents. En sept ans, nous avons vu à peu près sept cas. Dans la région du Littoral, près de 30 cas ont été enregistrés par les hôpitaux.