Douleur au bras, boule... pourquoi ces effets indésirables ne doivent pas vous éloigner des vaccins

Rougeole, hépatite B, tuberculose, grippe, fièvre jaune... Toutes ces maladies peuvent être évitées grâce à la vaccination. Mais en Afrique, certains effets secondaires amplifient la peur des vaccins.

La rédaction d'Allo Docteurs Africa avec AFP
La rédaction d'Allo Docteurs Africa avec AFP
Rédigé le , mis à jour le
Les effets indésirables les plus fréquents sont une fièvre légère et une rougeur au point d’injection du vaccin
Les effets indésirables les plus fréquents sont une fièvre légère et une rougeur au point d’injection du vaccin

Ils gagnent du terrain. Les vaccino-sceptiques se multiplient dans les quatre coins de l'Afrique, depuis le début de la pandémie de Covid-19. Mais il y a aussi, ceux qui ne gardent pas forcément un bon souvenir de leur dernière vaccination. Ces personnes redoutent aujourd'hui les piqûres salvatrices, suite à l'apparition d'"effets secondaires".

Pourtant, tous les vaccins peuvent provoquer des effets secondaires, même si de nombreuses personnes n’en ressentent aucun. Dans la très grande majeure partie des cas, ces effets secondaires sont bénins et de courte durée. Ils peuvent comprendre une douleur au point d’injection, de la fatigue, de la fièvre, des frissons, des nausées ou des maux de tête. Autrement dit, le risque de développer une maladie grave en ne se vaccinant pas est beaucoup plus important que celui de voir apparaître un effet indésirable lié à la vaccination.

Comment soulager la douleur d'un vaccin

Pour pouvoir calmer la douleur liée à la vaccination, plusieurs solutions existent : "vous pouvez prendre de la glace et l'appliquer où vous avez mal. Tout comme vous pouvez également prendre du paracétamol, un antalgique extrêmement efficace contre ces douleurs", nous explique le Dr Jean-Marc Sène, dans ce nouvel épisode d'AlloDoc, en partenariat avec l'émission Bonjour Santé de Canal+ Afrique et avec le soutien de Sanlam. 

Tous les vaccins peuvent entraîner des effets secondaires

Pour le docteur Sène, il s’agit même d’une bonne nouvelle. Car ces réactions aux vaccins témoignent du "travail du système immunitaire" et signifie qu’il "se prépare à protéger". Mais comme chaque système immunitaire est différent, l’absence de réaction n’est pas pour autant une mauvaise nouvelle et ne signifie pas que l'organisme n'a pas réagi au vaccin.