Covid-19 : le variant Delta majoritaire en Algérie

L'Algérie fait face à une "troisième vague" de contaminations due à ce variant.

Badr Kidiss
Rédigé le
Le variant Delta est majoritaire en Algérie (photo d'illustration)
Le variant Delta est majoritaire en Algérie (photo d'illustration)

Il s'impose. Plus de 90% des tests positifs sont désormais des suspicions de variant Delta dans la majorité des régions du pays, d’après les dernières données de l'Institut Pasteur d'Algérie (IPA). "Ce variant est passé de 6.56% à plus de 91% du total des prélèvements reçus pour séquençage, témoignant du très haut degré de transmissibilité de ce variant et concordant avec l'actuelle vague que subit l’Algérie en ce moment", a détaillé l'IPA. 

Quel impact cela aura-t-il sur l’épidémie ? Responsable de la hausse des nouvelles contaminations ces derniers jours, le variant Delta (qui était connu sous le nom de variant indien) est aussi à l'origine de l'augmentation du taux d’incidence, c’est-à-dire le nombre de cas positifs pour 100.000 habitants sur la semaine écoulée. Mais même avec cette lignée redoutable et très transmissible du Covid-19, le vaccin semble efficace contre les formes graves. D'où l'"extrême importance de la vaccination contre la Covid-19, seule à même de permettre de freiner la circulation virale et par là, l'apparition de variants plus dangereux dans les mois à venir", précise l'IPA. 

Ne pas oublier les gestes barrières

Alors que le port du masque est devenu anecdotique dans la plupart des régions du pays en cette période estivale, l'Institut Pasteur d'Algérie rappelle qu'"en attendant d'atteindre un taux de vaccination satisfaisant", il faut un "respect strict des règles de base stipulées dans le protocole sanitaire (port de masques de protection, distanciation physique et lavage fréquent des mains) afin de limiter la propagation du virus".

Depuis l'apparition du Covid-19 sur le sol algérien, le total des cas confirmés s'élève à près de 189.000 cas. A ce stade, la maladie a fauché la vie d'environ 4.900 personnes, alors que très peu d'Algériens se bousculent pour se vacciner. Selon les dernières données, 1,65% de la population a reçu les deux doses d'un vaccin anti-Covid.