La Guinée équatoriale mise essentiellement sur le vaccin de Sinopharm (photo d'illustration)
La Guinée équatoriale mise essentiellement sur le vaccin de Sinopharm (photo d'illustration)

Covid-19 : La vaccination repart à marche forcée à Kinshasa et à Brazzaville

Alors que la République démocratique du Congo a enfin relancé sa campagne de vaccination contre le coronavirus, le gouvernement du Congo-Brazzaville tente d'encourager ses citoyens à opter pour les piqûres anti-Covid-19.

AlloDocteurs Africa
Rédigé le , mis à jour le

Ils sont enfin arrivés ! Plus de 50.000 vaccins AstraZeneca offerts par la Grande-Bretagne ont été réceptionnés par le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC). Une bonne nouvelle, alors que le pays faisait face à une rupture de stocks de vaccins depuis 35 jours. 

"Ce lot de vaccins servira à administrer la seconde dose à la majorité des personnes ayant déjà reçu la première dans le cadre de la vaccination lancée le 19 avril 2021", ont annoncé les autorités. Près 82.000 personnes avaient été vaccinées dans 13 des 26 provinces au 10 juillet, date de péremption du dernier lot disponible de plus de 300.000 vaccins AstraZeneca, le seul utilisé en RDC. Parmi elles, 4.260 ont reçu la deuxième dose, mais 77.650 personnes l'attendaient et vont enfin pouvoir être totalement vaccinés. Et vu que le nombre des malades et la létalité ne cesse de baisser ces derniers jours, les autorités ont aussi décidé d'alléger le couvre-feu (23h-4h au lieu de 22h-5h) malgré la menace du variant Delta qui a été signalé sur le territoire. 

Une vaccination qui tarde à décoller

Un peu plus loin, au Congo voisin, les mesures sont toujours aussi strictes. Les mesures de restriction liées à la fermeture des boîtes de nuit, des frontières (maritime, fluviale et terrestre) sont appliquées depuis mars 2020. Et si le Congo-Brazzaville a enregistré à ce jour plus de 13.300 cas de Covid-19 et 179 décès, la campagne de vaccination lancée en avril dernier - avec les sérums de Sinopharm et Spoutnik V - a du mal à convaincre. A ce jour, moins de 2% de la population éligible à la vaccination ont reçu leurs doses, à cause des résistances et de la méfiance que suscitent les vaccins

Face à cette situation, le président Denis Sassou Nguesso encourage ses concitoyens à adhérer massivement à la vaccination contre le Covid-19 pour atteindre l’immunité collective, "seule voie de salut" dans la lutte contre cette pandémie. "Il importe d’imprimer une impulsion plus forte aux campagnes de sensibilisation, en vue d’une adhésion plus massive de nos populations à la vaccination anti-Covid-19", a-t-il déclaré dans un message à la radio et à la télévision d’État à l’occasion de la fête de l’indépendance.