Le nouveau coronavirus (Covid-19) continue à se propager en Algérie (photo d'illustration)
Le nouveau coronavirus (Covid-19) continue à se propager en Algérie (photo d'illustration)

Covid-19 : l'Algérie durcit ses mesures pour endiguer l'épidémie

Les autorités algériennes ont sévèrement durci les mesures de lutte contre le Covid-19 face à la recrudescence des contaminations provoquée par la propagation rapide du variant Delta.

AlloDocteurs Africa
Rédigé le , mis à jour le

L'Algérie se débat face au variant Delta ! Le pays subit actuellement une recrudescence de l'épidémie de Covid-19. La faute au variant Delta, particulièrement contagieux. L'Institut Pasteur d'Algérie a annoncé dimanche sur sa page Facebook qu'au "15 juillet, le variant Delta a supplanté tous les autres variants circulant jusque-là, représentant 71% des virus en circulation". L'Institut prévoit "un taux supérieur à 90% dans les semaines à venir". Pour ralentir la progression du virus, l'Algérie s'est donc décidé à renforcer sérieusement les mesures de lutte contre le coronavirus.

Il a ainsi été décidé d'étendre le couvre-feu de 20H à 06H à compter de ce lundi, et ce pour une durée de 10 jours. Cette mesure s'appliquera dans 35 des 58 wilayas du pays, dont Alger. Cette décision s'accompagne de nouvelles mesures restrictives visant les activités de loisirs, en pleines vacances d'été et au moment où l'Algérie connaît une canicule. Salles de sport, maisons des jeunes, centres culturels, espaces récréatifs et surtout les plages seront fermés dans les 35 préfectures concernées. Cafés et restaurants devront se limiter uniquement à la vente à emporter. Enfin, les transports urbains publics et privés seront suspendus durant les week-ends sur l'ensemble du territoire. Tous les rassemblements publics, notamment à l'occasion des mariages et des circoncisions mais aussi les manifestations politiques, restent interdits partout sur le territoire.

Renforcer la vaccination

Le président Abdelmadjid Tebboune a préconisé "l'augmentation du taux de vaccination dans les wilayas à forte densité démographique, étant les premiers foyers de contamination". Il a enjoint le gouvernement de parvenir à "l'objectif immédiat de vacciner 2,5 millions de personnes à Alger et 50% des populations des wilayas d'Oran, Constantine, Sétif et Ouargla", les régions les plus touchées. Les épidémiologistes estiment qu'il faudrait vacciner au moins 20 millions d'Algériens pour arriver à l'immunité collective.

L'Algérie a reçu à ce jour 7,7 millions de doses de différents vaccins (Spoutnik, AstraZeneca, Sinovac et Sinopharm pour une population de 44 millions d'habitants. Selon le ministère de l'Industrie pharmaceutique, le pays devrait commencer à produire localement le vaccin chinois Sinovac. Des experts chinois sont arrivés vendredi afin d'inspecter les équipements et les matériels destinés à la production du Sinovac dans une usine du groupe pharmaceutique étatique Saidal, à Constantine (nord-est). Il y a quelques mois, Alger avait annoncé que le vaccin russe Spoutnik V allait être produit sur le territoire à partir de septembre. De quoi faire espérer une sortie de crise un peu plus rapide.