Covid-19 : Ces 60% de Sénégalais qui ne veulent pas des vaccins

Selon un sondage, six Sénégalais sur dix ne veulent pas se faire vacciner contre le Covid-19.

Barou Dembélé
Rédigé le , mis à jour le
La vaccination anti-Covid patine toujours
La vaccination anti-Covid patine toujours

Il y a ceux qui hésitent et ceux qui ne veulent surtout pas se faire vacciner. Ces derniers mois, le "vaccinoscepticisme" gagne du terrain au Sénégal. Alors que la campagne de vaccination anti-Covid patine, le nombre de réfractaires envers le vaccin ne cesse d'augmenter. ‘’En janvier 2021, la moitié des Sénégalais interrogés dans une enquête nationale étaient prêts à se faire vacciner. Mais un mois après, en février, au Sénégal, environ six personnes sur 10 déclaraient qu’elles refuseraient le vaccin si on le leur proposait’’, rapporte le Dr Ibou Guissé, en service au Service national de l’éducation et de l’information pour la santé, à l'agence de presse APS. 

De manière générale, ‘’une personne sur 10 accepte de se faire vacciner, trois personnes sur 10 ont mentionné qu’elles n’étaient pas décidées ou que leur choix serait soumis à des conditions’’, précise le Dr Guissé

De nombreux jeunes parmi les antivax

Face au Covid-19, le Sénégal mise sur trois vaccins : Sinopharm, AstraZeneca et Johnson & Johnson. Alors que la vaccination est gratuite, rapide et ouverte à tous, les Sénégalais ne se bousculent pas dans les centres. Depuis le lancement de la campagne de vaccination anti Covid-19, environ 880.000 Sénégalais ont reçu les deux doses d'un sérum contre le coronavirus. Ce qui représente un peu plus de 5% de la population. Aux doutes nourris depuis le début par nombre d'entre eux quant à la gravité de la maladie s'est agglomérée la crainte des effets secondaires des vaccins. 

‘’Pour le moment, la vaccination reste la seule manière de prévenir les formes graves de Covid-19’’, rappelle le Dr Ibou Guissé qui ‘’invite les jeunes à se faire vacciner’’. 

Aujourd'hui, de plus en plus de jeunes refusent cette piqûre salvatrice. On pourrait croire qu'ils se sentent moins concernés par cette maladie. Pourtant, le Centre national des opérations d’urgence sanitaire (COUS) expliquait, fin septembre, que 59 personnes âgées de 18 à 35 ans sont décédées des suites du Covid-19.