Coronavirus : l’Algérie se dit prête à partager ses vaccins avec la Tunisie

L'Algérie va partager avec la Tunisie ses doses de vaccin contre le Covid-19, dont la réception est attendue d'ici la fin du mois, a indiqué le ministre tunisien des Affaires étrangères, Othman Jerandi.

Massinissa Benlakehal
Rédigé le , mis à jour le
La Tunisie multiplie ses efforts pour avoir rapidement un vaccin contre le coronavirus (Illustration)
La Tunisie multiplie ses efforts pour avoir rapidement un vaccin contre le coronavirus (Illustration)

Mon voisin, mon ami ! A l’heure où tous les indicateurs sont en rouge en Tunisie avec de plus en plus de nouveaux cas de contaminations au coronavirus (Covid-19), l’Algérie est prête à partager ses vaccins avec le voisin tunisien, a indiqué le ministre tunisien des Affaires étrangères, Othman Jerandi.

"L'Algérie n'a pas encore acquis les vaccins mais dès leur réception, elle va les partager avec la Tunisie", a assuré Jerandi à l'issue d'une rencontre avec le président tunisien, Kais Saied. Avant d'ajouter que "c'est le président algérien Abdelmadjid Tebboune qui a lui-même fait part de cet engagement à son ministre et cela ne fait que confirmer l’étroitesse des liens qui unissent nous deux pays".  En attendant, la Tunisie - qui a changé deux fois de ministre de la Santé depuis le début de la pandémie - a fait le choix d'un nouveau confinement général pour ralentir la propagation du SARS-CoV-2, le virus responsable du Covid-19. 

Multiplication des négociations pour les vaccins

Après avoir annoncé une campagne de vaccination pour le deuxième trimestre 2021, la Tunisie multiplie les contacts diplomatiques pour acquérir le vaccin. L'américano-allemand Pfizer/BioNTech a déjà reçu une autorisation de commercialisation sur le marché tunisien.

Alors que Tunis a commandé deux millions de doses, dont les premiers lots sont attendus au deuxième trimestre 2021, le pays bénéficiera, aussi, d’un lot de quatre millions de doses de vaccin dans le cadre du programme Covax de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Des concertations sont aussi en cours avec la partie russe pour l'acquisition du "Spoutnik V", selon le ministre de la Santé, Faouzi Mehdi.