Le président ghanéen a prévenu que de nouvelles restrictions seraient nécessaires (Image d'illustration/crédit photo : Shutterstock, Delali92)
Le président ghanéen a prévenu que de nouvelles restrictions seraient nécessaires (Image d'illustration/crédit photo : Shutterstock, Delali92)

Coronavirus : au Ghana, le Parlement ferme après plus de 150 cas positifs

Plus de 150 cas de Covid-19 ont été détecté au sein du Parlement ghanéen. Pour endiguer l'avancée de l'épidémie, l'institution a du fermer ses portes.

Alicia Mihami
Rédigé le , mis à jour le

Le parlement ghanéen a fermé ses portes mardi 9 février, après la découverte de plus d'une centaine de cas de Covid-19 parmi les députés et le personnel. "J'ai décidé, en consultation avec les responsables politiques, que la session de l'Assemblée serait ajournée pendant trois semaines", a annoncé son président, Alban Bagbin. Cette fermeture devrait permettre "la désinfection et l'assainissement des locaux". 

Au moins 17 parlementaires et 151 membres du personnel ont été testés positifs au coronavirus ces derniers jours. La semaine dernière, la découverte des premiers casn identifiés par dizaines, avait déjà obligé les législateurs à réduire le nombre de leurs réunions à seulement deux sessions par semaine, afin de contrer la propagation du virus au sein de l'Assemblée. Mais cette mesure n'a pas suffit à freiner le virus, obligeant donc à une fermeture totale, pour au moins 3 semaines. 

Bientôt de nouvelles restrictions ? 

Depuis le début de l'épidémie, le Ghana a officiellement confirmé plus de 73.00 cas de Covid-19, dont au moins 482 décès. Les restrictions, en place depuis le début de la pandémie pour certaines, commençaient tout juste à s'assouplir : les écoles avaient rouvert en janvier dernier, après une fermeture de dix mois. Mais le président Nana Akufo-Addo a prévenu, au début du mois de févirer, qu'un retour à des mesures plus strictes était nécessaire.

"Nos hôpitaux sont pleins et nous avons dû réactiver nos centres d'isolement" avait déclaré le président, fin janvier, avant d'annoncer de nouvelles mesures de restrictions pour contrer la deuxième du virus. Les frontières terrestres et maritimes du Ghana sont fermées depuis mars, de même que les plages, les boîtes de nuit, les cinémas et les pubs, qui continuent d'être interdits d'accès. Les grands rassemblements sociaux tels que les funérailles, les mariages et les fêtes sont également prohibés dans tout le pays. Le président pourrait-il décider d'un nouveau confinement ? Rien n'est encore sûr. En attendant, le Ghana continue de préparer sa future campagne de vaccination.