Le papillomavirus humain (VPH) est l'une des éventuelles causes d'un cancer du col de l'utérus (Illustration)
Le papillomavirus humain (VPH) est l'une des éventuelles causes d'un cancer du col de l'utérus (Illustration)

Cancer du col de l'utérus au Cameroun : lancement d'une campagne de dépistage à Douala

A l'heure où le Cameroun est l'un des pays africains les plus touchés par le cancer du col de l'utérus, une association tente de lutter contre cette maladie et organise une campagne de dépistage massif à Douala.

Arnaud Ntchapda
Rédigé le , mis à jour le

La situation est inquiétante. Au Cameroun, le Comité National de Lutte contre le Cancer (CNLC) estime qu’environ 15.000 nouveaux cas de cancer sont enregistrés chaque année dans les formations sanitaires. Malgré de nombreuses avancées, la lutte contre les cancers est freinée par : 

  • les diagnostics tardifs
  • le personnel soignant limité
  • le prix des traitements
  • l'absence de structures sanitaires adaptées

Face à cette situation préoccupante, l'association Strong Than Cancer (en français, "plus fort que le cancer") multiplie ses efforts. Engagée dans la lutte contre les différents types de cancers depuis 2018, cette association est aujourd'hui en guerre contre le cancer du col. Car dans la plupart des pays du continent, le cancer du col de l'utérus est le 2ème cause de cancer chez la femme (4ème cause dans le monde). Même si les autorités sanitaires n'hésitent pas à organiser des campagnes de vaccination, le cancer du col de l'utérus touche, chaque année, près de 2300 femmes et provoque plus de 1500 décès sur le sol camerounais. Pourtant, si la maladie est détectée à temps, les chances de guérison sont optimales.

Une campagne de dépistage en février

Pour renforcer la lutte contre cette maladie silencieuse, Strong Than Cancer (STC) s'apprête à organiser, à Douala, une campagne de dépistage massif. Prévue du 1er février au 30 avril, cette campagne veut réaliser un frottis (un examen gynécologique qui sert à dépister des anomalies du col de l’utérus) à 250 Camerounaises âgées de 25 à 65 ans. Le frottis est un examen qu'il faut réaliser régulièrement (tous les 3 ans), et même en l'absence de rapports sexuels. En cas d’anomalies révélées par cet examen, le médecin pourra pratiquer un test viral pour vérifier la présence du papillomavirus (le virus qui peut être à l'origine du cancer du col) et demander si nécessaire une biopsie, un petit prélèvement de la zone anormale du col. 

amp-instagram data-shortcode="CJluQVLFP90" layout="responsive" width="1" height="1">/amp-instagram>

L’examen se fait en position gynécologique. Le professionnel de santé prélève délicatement à l'aide d'un écouvillon, des cellules au niveau du col de l’utérus, lesquels seront ensuite analysées. L’opération qui ne dure que quelques minutes, n’est pas douloureuse bien qu’une légère gêne peut être ressentie dans certains cas. Afin de réaliser gratuitement ce frottis dans le laboratoire NivaLabo à Douala, il suffit de s'inscrire sur le site de Strong Than Cancer