Au Sénégal, des familles d'accueil pour femmes enceintes permettent de les rapprocher de la maternité

Pour lutter contre les nombreuses morts en couches, des sages-femmes ont trouvé l’idée novatrice de placer des femmes enceintes dans des familles d’accueil.

Barou Dembélé
Rédigé le , mis à jour le
Une petite fille touchant le ventre d'une femme enceinte
Une petite fille touchant le ventre d'une femme enceinte  —  Shutterstock

Les décès maternels sont encore une réalité sur le continent, particulièrement au Sénégal. Même si une tendance à la baisse est remarquée ces dernières années dans ce pays, les efforts doivent être accentués pour de meilleurs résultats.

Pour y parvenir, l’hôpital régional de Sédhiou, au sud du pays, a mis en place un système de tutorat, appelé "Ndiatiguia" en langue locale. Il permet de placer les femmes enceintes qui présentent des complications dans des familles d’accueil. L’objectif est de les rapprocher des services sanitaires et donc lutter contre les décès maternels

Les femmes hébergées à Kolda

"En 2018, nous avions enregistré beaucoup de décès maternels et néonatals. Après une réunion pour trouver des stratégies de réduction de la mortalité maternelle, nous avions décidé d’héberger dans la commune de Kolda, les femmes enceintes qui venaient en consultation et qui présentaient des complications" , a expliqué Oumy Thiam Diatta, maîtresse sage-femme à l’hôpital régional de Sédhiou. 

"Le personnel était en phase et quelque mois après, pour élargir cela, j’ai introduit les imams, les chefs de quartier et les "Bajenu Gokh" (des 
femmes qui se font des relais communautaires au niveau de la santé) pour héberger ces femmes enceintes", a-t-elle poursuivi.

À lire aussi : Au Sénégal, la santé des femmes et des enfants avant tout !

Des résultats encourageants

D’après elle, la mise en œuvre de cette initiative a produit des résultats satisfaisants, notant que 89 femmes enceintes ont été prises en charge en 2021. "Elles ont accouché saines et sauves. Nous n’avons pas compté de décès maternels. Seul un décès néonatal a été enregistré", a-t-elle assuré. 

S’agissant du premier semestre de 2022, "59 femmes suivent le Ndiatiguia et aucun décès n’a été enregistré. Ces femmes viennent du district de Goudomp, de Boukiling et même de Sédhiou", d’autres localités de la Casamance, a précisé Oumy Thiam Diatta. 

 Source : APS