Au Maroc, la pénurie de médecins se fait sentir (Illustration)
Au Maroc, la pénurie de médecins se fait sentir (Illustration)

Au Maroc, l'hôpital public n'arrive plus à recruter !

Il y a de moins en moins de médecins au Maroc. Et la situation ne devrait pas changer de si tôt puisque le ministère de la Santé peine à recruter de nouveaux praticiens.

Badr Kidiss
Rédigé le

Pays de 35 millions d'habitants cherche des médecins de toute urgence ! Au Maroc, et tout spécialement dans les régions reculées, se faire soigner et obtenir un rendez-vous avec un médecin ressemble à une mission impossible. Alors que chaque année, 300 médecins quittent le Royaume pour exercer sous d'autres cieux, certaines régions sont même des déserts médicaux. 

Face à cette situation, le ministère de la Santé a tenté de recruter 4.000 professionnels (médecins, infirmiers et personnel administratif). En vain. 

Un problème voué à s'empirer ? 

En 2018, près de 12.000 médecins exerçaient dans les hôpitaux publics. Mais à l'heure où le ministère de la Santé peine à trouver des candidats pour les postes budgétaires réservés aux médecins, cette situation pourrait réduire leur nombre à 7.000 praticiens dans les hôpitaux publics d'ici 2030. Surtout si les candidats continent à boycotter les concours de recrutement, précise le ministère de Khalid Ait Taleb. 

Les autorités ont d'ailleurs reconnu la faible attractivité du secteur public de la santé et justifient la faible motivation des candidats à passer les concours de recrutement par leur refus d’exercer dans les zones rurales ou éloignées.  Maintenant que le "problème" a été identifié, il ne reste plus qu'à espérer que l'hôpital public réussisse à nouveau à attirer les jeunes médecins.