La Centrafrique est confrontée à une rupture de stock des médicaments antirétroviraux
La Centrafrique est confrontée à une rupture de stock des médicaments antirétroviraux

Le Gabon distribue des antirétroviraux périmés aux malades du SIDA

Le ministère de la Santé à ouvert une enquête.

Arnaud Ntchapda
Rédigé le , mis à jour le

C’est un terrible scandale. Au Gabon, les Personnes Vivant avec le VIH (PVVIH), ont reçu depuis le mois de juillet des antirétroviraux périmés. C'est la présidente du Réseau des associations des personnes vivant avec le VIH/SIDA (Regap+), Mariame Fatou Moussounda Nzamba. , qui a révélé ce grave dysfonctionnement.

Intervenant le 8 septembre sur le compte Facebook du site internet Gabonactu.com, elle a décrit les désagréments que ces médicaments causaient aux PVVIH. "Ça nous donne des démangeaisons, des insomnies, des boutons, ça provoque des maladies opportunistes“, a-t-elle expliqué. Elle a demandé au ministre de la Santé de faire retirer ces médicaments des rayons des pharmacies, pour protéger les malades. 

Le ministre de la santé promet des sanctions

Dans un communiqué publié le 11 septembre, Guy Patrick Obiang Ndong, le ministre de la Santé, "exprime sa consternation". Il dit avoir diligenté “en urgence“ une enquête interne au sein de l’ensemble des Centres de traitement ambulatoire (CTA) de Libreville et de l’Office pharmaceutique national (OPN), sur le stockage et la distribution des traitements antirétroviraux.          

Le ministre de la Santé "condamne avec la dernière énergie cet acte qui ne reflète pas l’éthique et la déontologie médicale". Il promet que les responsables de ce seront "sévèrement punis, conformément à la réglementation en vigueur".  

Ce scandale sanitaire survient alors même que le gouvernement gabonais a engagé la réforme de l’Office Pharmaceutique National. Une réforme qui, selon le ministre Obiang Ndong "vise d’une part une meilleure efficacité dans la gestion des stocks des médicaments et autres produits de santé et d’autre part, une meilleure accessibilité et disponibilité du médicament à toute la population".