Au Burkina Faso, la difficile lutte contre la drépanocytose

Durement touché par la drépanocytose, le Burkina Faso intensifie sa riposte contre cette maladie génétique.

Badr Kidiss
Badr Kidiss
Rédigé le , mis à jour le
Le Burkina Faso intensifie sa lutte contre la drépanocytose
Le Burkina Faso intensifie sa lutte contre la drépanocytose  —  AFD/ Adrienne Surprenant

La situation est compliquée. Au Burkina Faso, 2% des nouveaux-nés sont atteints de syndromes majeurs de la drépanocytose. Malgré tout, aucun programme national n’a encore été engagé pour lutter contre ce fléau. Résultat, la plupart des cas sont découverts trop tardivement, lorsque se déclenchent des complications de la maladie souvent fatales. 

Face à ce triste constat, la Fondation Pierre Fabre a lancé, en 2021, le projet Drépa Faso. Cofinancé par l’Agence Française de Développement (AFD), il vise à accompagner le ministère de la Santé burkinabè dans l’élaboration d’un cadre spécifique de lutte contre la drépanocytose et la mise en œuvre d’un programme national contribuant à l’amélioration des conditions de vie des drépanocytaires.

L'importance d'un dépistage précoce

Ce projet intensifie l’appui aux activités de formation, de prise en charge et de sensibilisation, tout en renforçant le volet dépistage. Celui-ci intègre désormais de nouvelles structures de santé en milieu rurale et urbain, ainsi qu’une technique innovante par tests de dépistage rapide (TDR), afin de repérer la présence du trait drépanocytaire chez les femmes enceintes. 

Sur les 3 années de mise en œuvre de ce projet, il est ainsi prévu que plus de 53.000 nouveau-nés, 18.000 enfants et 7.000 femmes enceintes soient dépistés. Ce sont ainsi plus de 1.200 nouveau-nés et enfants qui bénéficieront, grâce à un dépistage précoce, d’une prise en charge adaptée. Pour une enfance saine. Plus que jamais.