Après l'Algérie, le Maroc est touché par des feux de forêt

Après la Grèce, la Turquie et l'Algérie, le Maroc est à son tour touché par des feux.

AlloDocteurs Africa
AlloDocteurs Africa
Rédigé le
En Algérie, plus de 90 personnes sont mortes ou portées disparues depuis lundi dans les incendies (photo d'illustration)
En Algérie, plus de 90 personnes sont mortes ou portées disparues depuis lundi dans les incendies (photo d'illustration)

Le Maroc suffoque ou presque. Alors que plusieurs villes du Royaume s'étouffent sous une vague de chaleur qui frappe l'ensemble du Maghreb, un incendie s'est déclenché samedi après-midi dans les forêts au nord du Maroc. Dimanche soir, les pompiers - qui ont notamment bénéficié de l'appui de quatre avions bombardiers d'eau - tentaient toujours de maitriser ces feux.

Selon Rachid El-Anzi, directeur régional du Département des eaux et forêts à Chefchaouen, 200 hectares de forêts ont déjà été détruits dans ces incendies mais "aucune victime n'est à déplorer, la priorité ayant été donnée à la prévention de la propagation du feu vers les zones habitées". Si pour l'heure les causes des incendies ne sont pas encore connues,  Anzi estime que les fortes chaleurs et les vents peuvent constituer des éléments déclencheurs.

Des incidents attisés par le réchauffement climatique

Alors qu'une vague de chaleur "exceptionnelle" entre le 9 et le 11 juillet avait déjà "favorisé le déclenchement de 20 feux" dans le royaume, incendiant 1.200 hectares de forêts, selon le Département des eaux et forêts, des températures élevées accompagnées de "chergui", un vent chaud en provenance du Sahara, sont encore attendues, ce lundi, dans plusieurs régions du Maroc. 

Notons que le bassin méditerranéen est touché ces deux dernières semaines par des feux, notamment en Grèce, en Turquie et en Algérie. Dans ce pays, plus de 90 personnes sont mortes ou portées disparues depuis lundi dans les incendies. Le réchauffement du climat augmente la probabilité des canicules et des sécheresses et par ricochet, des incendies.