Antibiogo, un nouvel outil pour lutter contre l'antibiorésistance

Alors que l'antibiorésistance tue plus d'un million de personnes par an, elle pourrait devenir la prochaine menace sanitaire mondiale. Pour lutter contre la résistance aux antibiotiques, une application a été développée par Médecins sans frontières. Explications avec la Dre Nada Malou.

Muriel Kaiser
Rédigé le , mis à jour le
Les antibiotiques doivent uniquement être utilisés en cas d'infection d'origine bactérienne
Les antibiotiques doivent uniquement être utilisés en cas d'infection d'origine bactérienne  —  Shutterstock

C'est l’une des menaces de santé publique les plus urgentes de notre époque, selon l'Organisation mondiale de la santé (OMS). La résistance aux antimicrobiens (RAM), aussi appelée antibiorésistance, désigne la capacité des bactéries à se protéger face aux antibiotiques utilisés pour les éradiquer. "Les bactéries sont tellement en contact avec les antibiotiques qu'au bout d'un moment, elles s'y habituent et développent des mécanismes pour ne plus laisser les antibiotiques agir contre elles".

"Si l'on n'agit pas dès maintenant, on comptera 10 millions de morts par an dès 2050", alerte la Dre Nada Malou, microbiologiste à Médecins sans frontières. En 2019 déjà, l'antibiorésistance a causé la mort de plus d'un million de personnes dans le monde. 

À lire aussi : La Tunisie en guerre contre la résistance aux antibiotiques !

La moitié des antibiotiques mal utilisés

La RAM est causée par plusieurs facteurs, à commencer par leur mauvaise utilisation. En effet, les antibiotiques ne sont efficaces que face aux bactéries et pas aux virus. "Les médecins ont tendance à prescrire des antibiotiques alors que ce n'est pas nécessaire", illustre Nada Malou. Ensuite, le type d'antibiotiques ainsi que la durée du traitement sont essentiels pour garantir leur efficacité. 

Or actuellement, plus de la moitié des antibiotiques sont utilisés de manière inadéquate, essentiellement dans de nombreux pays à revenu faible ou intermédiaire. En effet, dans les pays riches, la prescription d'antibiotiques est facilitée par l'utilisation d'automates pour la lecture et l'interprétation des antibiogrammes, explique Médecins sans frontières. Mais tous les pays n'ont pas accès à ces équipements onéreux, ni à des microbiologistes cliniques. Résultat, la résistance aux antibiotiques se développe de plus en plus vite. 

Un outil pour guider les professionnels

Dans ce contexte, Médecins sans frontières a développé une application permettant de lutter contre l'antibiorésistance. Antibiogo, dont la Dre Nada Malou est la cheffe de projet, consiste à analyser un antibiogramme. "Vous prenez le test en photo, Antibiogo l'analyse et en fait l'interprétation tel un microbiologiste", explique-t-elle. Elle indique quel antibiotique prescrire en fonction des résultats.

Une ressource essentielle dans les pays ne disposant pas de l'expertise de professionnels. "Si on veut atteindre le même ratio population-microbiologistes qu'au Canada ou aux États-Unis, en Afrique subsaharienne, il faudrait 400 ans de formation", indique la Dre.

Actuellement, l'application Antibiogo est déjà utilisée en République démocratique du Congo. Dans les semaines à venir, elle va être déployée au Yémen, en République centrafricaine et au Mali. "In fine, notre objectif en 2023 est de donner accès gratuitement à cette application à tous les pays à ressources limitées, à n'importe quel laboratoire qui en exprime le besoin", conclut la spécialiste.