3 premiers cas suspects de variole du singe identifiés au Maroc

Alors que le ministère de la Santé vient de publier un plan de surveillance et de riposte pour se prémunir de la variole du singe, trois cas suspects ont été identifiés au Royaume.

La rédaction d'Allo Docteurs Africa avec AFP
La rédaction d'Allo Docteurs Africa avec AFP
Rédigé le
Le Royaume chérifien identifie ses premiers cas suspects de variole du singe
Le Royaume chérifien identifie ses premiers cas suspects de variole du singe

Elle est là ! Après avoir été signalée un peu partout en Europe et en Amérique, la variole du singe aurait été repérée au Maghreb, et plus exactement au Maroc. Le ministère de la Santé a annoncé, ce lundi, l'identification de trois cas suspects. 

"Nous avons détecté trois cas suspects de variole du singe qui sont en bonne santé et sous surveillance médicale", a précisé le docteur Mouad Mrabet, le coordonnateur du Centre national des opérations d'urgence de santé publique. Dans une déclaration, Mrabet a souligné que les analyses médicales étaient en cours et que les résultats seront connus "prochainement". Il n'a indiqué ni les lieux de détection des cas suspects, ni l'identité des trois personnes. 

Deux formes de la maladie

Causée par l’orthopoxvirus, la variole du singe est une zoonose - transmise à l'homme par l'animal - qui appartient à la même famille que la varicelle ou la variole. Beaucoup moins mortelle que cette dernière, la variole du singe existe actuellement sous deux formes : celle du Bassin du Congo et celle d’Afrique de l’Ouest. C'est cette dernière qui serait à l'origine de la multiplication des cas dans les quatre coins de la planète, et elle serait la moins dangereuse. 

Depuis 1970, des cas humains d’orthopoxvirose simienne ont été signalés dans 10 pays africains, la République démocratique du Congo, la République du Congo, le Cameroun, la République centrafricaine, le Nigéria, la Côte d’Ivoire, le Libéria, la Sierra Leone, le Gabon et le Soudan du Sud. 

Source : AFP