15 ans et des boutons, que faire ?

Pourquoi les adolescents ont-ils souvent des boutons ? Pourquoi l’acné est-elle favorisée à cette période ? On vous dit tout, en vidéo.

AlloDocteurs Africa
AlloDocteurs Africa
Rédigé le
De nombreux adolescents ont des boutons
De nombreux adolescents ont des boutons

C'est un secret de polichinelle : à l'adolescence, le corps change. Et cela s'explique par l'effet des hormones, en particulier les hormones mâles, les androgènes. Elles sont produites par les glandes surrénales, les testicules ou les ovaires. Ces hormones vont avoir une action sur la peau, notamment sur les glandes sébacées qui produisent plus de sébum. Cette substance grasse à la surface de l’épiderme sert à lubrifier la peau, à la rendre plus souple et à la protéger des bactéries. Mais quand le sébum est produit en excès, cela favorise l’apparition d’acné. 

Lire aussi : J'ai de l'acné à 32 ans, est-ce normal ? 

Fini la peau de bébé, c’est la guerre des boutons. On estime que 80 % des adolescents en ont. A l’adolescence, la peau s’épaissit, les orifices des follicules pileux vont se boucher et le sébum ne peut plus s’évacuer. Résultat, des microkystes inflammatoires se forment sous la peau. En surface, cela donne un bouton rouge, parfois surmonté d’une gouttelette blanche, une pustule. Visage, cou, dos, poitrine... toutes les zones riches en glandes sébacées sont concernées. 

Ce qu'il faut faire

En principe, à la fin de l’adolescence, la production de sébum se stabilise et l’acné disparaît. En attendant, "il faut éviter de triturer ses boutons, se laver régulièrement le visage avec un savon doux et éviter de trop s’exposer au soleil", explique le Docteur Jean-Marc Sène, dans la vidéo ci-dessous, en partenariat avec l'émission Bonjour Santé sur Canal+ Afrique et avec le soutien de Sanlam. 

De nombreux adolescents ont des boutons

Le Dr Sène note que l'alimentation est importante, "parce qu'on sait que les sucres rapides favorisent l'inflammation de ces boutons". Avant de préciser que chez la jeune fille, "il faut prendre en compte la contraception qui peut influer sur le traitement des boutons".  Un traitement qui se fera, dans ce cas, par antiseptique ou antibiotique. "Si ça ne suffit pas, parce que l'acné est sur-infectée, que les cicatrices sont imposantes ou qu'il y a un retentissement psychologique trop important, on proposera de l'acide rétinoïque, un dérivé de la vitamine A". Cela diminue l'acné au bout de quelques semaines, mais malheureusement il y a des effets secondaires, comme la sécheresse de la peau ou des risques de malformation du foetus, prévient le Dr Sène qui rappelle que ce traitement doit être prescrit par un médecin.