VIH / Sida : au Congo-Brazzaville, les jeunes sont très exposés

Malgré quelques avancées, le Sida reste toujours mal connu par les adolescents africains. Au Congo, le nombre de découvertes de séropositivité VIH chez les 15-24 a même doublé en un temps record.

Badr Kidiss
Rédigé le , mis à jour le
En Afrique, les inégalités freinent la lutte contre le Sida (Illustration)
En Afrique, les inégalités freinent la lutte contre le Sida (Illustration)

La situation est inquiétante. Le sida est la première cause de décès des 15-24 ans en Afrique. Au Congo-Brazzaville, les enfants et les adolescents continuent d’être les oubliés des efforts locaux visant à éradiquer le VIH et le sida. Entre 2012 et 2019, le nombre de cas d’infection survenus à l'adolescence a presque doublé. 

Aujourd'hui, près de 30% des nouvelles infections au VIH/Sida sont attribués aux 15-24 ans. "Chez les jeunes filles, les nouvelles infections représentent quatre fois celles des garçons", rajoute la ministre Mikolo. 

Une méconnaissance de la maladie

Au Congo, l’Association serment universel (ASU) met l'accent sur l'ignorance des jeunes. Comme partout en Afrique, nombreux sont les jeunes congolais à être mal informés, que ce soit en matière de dépistage, de moyens de protection et de risques de transmission. 

Considérés comme une population à risque vu leur méconnaissance de la maladie, les jeunes congolais pourraient profiter de la nouvelle stratégie des autorités pour lutter contre le VIH/Sida. Celle-ci se base sur la mise en oeuvre d'interventions diversifiées dans le domaine de la prévention et de la prise en charge globale du VIH/sida. Maintenant, il ne reste plus qu'à espérer que le taux de prévalence du VIH s'effrite rapidement.